Archive pour la catégorie ‘Béni H’midène’

Les cèdres de Beni H’midène

Mardi 5 juillet 2011

Au cours d’une randonnée dans le djebel de Sidi Driss, sur le territoire de la commune de Beni H’midène en date du 14 mai 2011, j’ai été surpris d’observer quatre (04) sujets bien venants de cèdre de l’Atlas au lieu dit de Zeribet de Sidi Driss.

Une approche de la population riveraine nous permet de faire la connaissance avec la famille Khanaoui, deux frères vivant dans cette partie du massif. Un accueil chaleureux a été réservé aux randonneurs de la ville des Ponts du groupe de Gharbi Abdelaziz.

Leben, café, tamina et eau fraîche ont été servis aux invités du jour. Les femmes du groupe ont été reçues à l’intérieur des maisons, quant aux hommes ils se sont regroupés à l’extérieur autour d’une meïda bien garni.

Aussi, je profite de ce repos pour enquêter sur la présence de ces cèdres.

Ces cèdres ont été plantés par Khanaoui Hamouda en 1985. Ils ont été ramenés d’un chantier de reboisement de l’ex- EMIFOR de Constantine dans le djebel de Sidi Driss, sur le territoire de la commune de Grarem. En effet, Hamouda a travaillé dans ce projet de reforestation. A cette période, il était âgé de 43 ans.

La circonférence d’un cèdre à 1m50 du sol est de 1m94.

Du reboisement réalisé, rien n’a subsisté.

La présence de cèdres de l’Atlas au niveau de la maison forestière de la forêt domaniale de Mouias était donc un bon indicateur sur le bon comportement du cèdre sur les hauteurs du djebel de Sidi Driss. Pour les causes de non réussite des projets de reboisement réalisés dans cette région, il serait intéressant de procéder à des recherches et à des investigations sur les causes de l’échec.

Des photos sur le cèdre avec Khanaoui Hamouda ont été prises à cet effet pour immortaliser ces informations d’intérêt pour les chercheurs en foresterie, écologie…

Fait à Constantine, le 2 juin 2011
Contribution citoyenne par Abdelouahab Karaali

Béni H’midène doit développer son écotourisme

Lundi 26 avril 2010

En voyant un reportage sur la chaîne de télévision nationale, sur les infos de 13h 00 du 5 avril 2010, sur la région de Béni H’midène, une sortie nature et de découverte avec la présence du PAPC et du président de l’association de Tiddis, je tiens à apporter ma petite contribution pour l’émergence de cette contrée de Constantine.


La vallée très encaissée du Rhumel juste au pied de la ville romaine de Tiddis.
Photo en date du 17 avril 2008 / Pierre le cycliste

En effet, Béni H’midène est une région très riche par sa ville romaine de Tiddis, ses sites et reliefs exceptionnels que constituent les gorges « Khnegs », l’oued Smendou, le massif de Sidi Driss…sa richesse floristique et faunistique.

Ci-dessous un compte rendu sur une sortie effectuée en décembre 2006.

Sortie à Dar El-Oued, en bordure de l’oued Rhumel
commune de Bèni H’midène en date du 5 décembre 2006

Il a été observé ce qui suit :

  • deux (02) colonies de perdrix gambra (10 chacune).
  • un (01) héron cendré

Il a été identifié la végétation suivante :

  • Le pistachier de l’Atlas, le jujubier et le jujubier commun à proximité du point d’eau romain avec un olivier plus que centenaire, l’asparagus, l’asphodèle, l’oléastre abondant sur les versants des gorges de Tiddis, le figuier de Barbarie, le lyciet, la marrube blanche, le tamarix abondant également sur les berges de l’oued Rhumel, le diss, le lentisque, le thym vulgaire, l’orme champêtre, le peuplier, le caroubier…Certains oléastres sont greffés avec des variétés à huile.

Il a été observé des « Dolmens » dont certains ont été abîmés.

D’après Ikhlef, un berger qui vit depuis longtemps dans cette région, la faune existante est constitué des espèces suivantes :

  • le chacal, le renard, le chat sauvage (difficile à observer), le hérisson, le porc épic, le pigeon et l’hirondelle des rochers, rapaces et charognards dont le vautour fauve, vautour percnoptère, la tortue d’eau, petits mammifères (à déterminer), la sarcelle d’hiver (Anas crecca) petit échassier qui hiverne dans la zone, sur le cours d’eau…

Il y a également beaucoup de grottes…

C’est un site féerique qui mérite d’être connu et préservé au même titre que la ville romaine de Tiddis, donc toute la zone peut faire l’objet d’un classement en matière d’archéologie, site naturel avec les gorges, l’oued Rhumel, la biodiversité…

La région d’Ibn Ziad mérite aussi d’être connue et l’association « El Mebdoue » pour l’environnement organise des randonnées pour des groupes structurées dans les massifs du djebel Zouaoui, djebel Kerkera…Pour tout contact, se rapprocher de l’association au niveau de son siège jouxtant la Maison de jeunes d’Ibn Ziad.

Fait à Constantine, le 5 avril 2010
Par Abdelouahab Karaali