Les cèdres de Beni H’midène

Au cours d’une randonnée dans le djebel de Sidi Driss, sur le territoire de la commune de Beni H’midène en date du 14 mai 2011, j’ai été surpris d’observer quatre (04) sujets bien venants de cèdre de l’Atlas au lieu dit de Zeribet de Sidi Driss.

Une approche de la population riveraine nous permet de faire la connaissance avec la famille Khanaoui, deux frères vivant dans cette partie du massif. Un accueil chaleureux a été réservé aux randonneurs de la ville des Ponts du groupe de Gharbi Abdelaziz.

Leben, café, tamina et eau fraîche ont été servis aux invités du jour. Les femmes du groupe ont été reçues à l’intérieur des maisons, quant aux hommes ils se sont regroupés à l’extérieur autour d’une meïda bien garni.

Aussi, je profite de ce repos pour enquêter sur la présence de ces cèdres.

Ces cèdres ont été plantés par Khanaoui Hamouda en 1985. Ils ont été ramenés d’un chantier de reboisement de l’ex- EMIFOR de Constantine dans le djebel de Sidi Driss, sur le territoire de la commune de Grarem. En effet, Hamouda a travaillé dans ce projet de reforestation. A cette période, il était âgé de 43 ans.

La circonférence d’un cèdre à 1m50 du sol est de 1m94.

Du reboisement réalisé, rien n’a subsisté.

La présence de cèdres de l’Atlas au niveau de la maison forestière de la forêt domaniale de Mouias était donc un bon indicateur sur le bon comportement du cèdre sur les hauteurs du djebel de Sidi Driss. Pour les causes de non réussite des projets de reboisement réalisés dans cette région, il serait intéressant de procéder à des recherches et à des investigations sur les causes de l’échec.

Des photos sur le cèdre avec Khanaoui Hamouda ont été prises à cet effet pour immortaliser ces informations d’intérêt pour les chercheurs en foresterie, écologie…

Fait à Constantine, le 2 juin 2011
Contribution citoyenne par Abdelouahab Karaali

Laisser un commentaire