Béni H’midène doit développer son écotourisme

En voyant un reportage sur la chaîne de télévision nationale, sur les infos de 13h 00 du 5 avril 2010, sur la région de Béni H’midène, une sortie nature et de découverte avec la présence du PAPC et du président de l’association de Tiddis, je tiens à apporter ma petite contribution pour l’émergence de cette contrée de Constantine.


La vallée très encaissée du Rhumel juste au pied de la ville romaine de Tiddis.
Photo en date du 17 avril 2008 / Pierre le cycliste

En effet, Béni H’midène est une région très riche par sa ville romaine de Tiddis, ses sites et reliefs exceptionnels que constituent les gorges « Khnegs », l’oued Smendou, le massif de Sidi Driss…sa richesse floristique et faunistique.

Ci-dessous un compte rendu sur une sortie effectuée en décembre 2006.

Sortie à Dar El-Oued, en bordure de l’oued Rhumel
commune de Bèni H’midène en date du 5 décembre 2006

Il a été observé ce qui suit :

  • deux (02) colonies de perdrix gambra (10 chacune).
  • un (01) héron cendré

Il a été identifié la végétation suivante :

  • Le pistachier de l’Atlas, le jujubier et le jujubier commun à proximité du point d’eau romain avec un olivier plus que centenaire, l’asparagus, l’asphodèle, l’oléastre abondant sur les versants des gorges de Tiddis, le figuier de Barbarie, le lyciet, la marrube blanche, le tamarix abondant également sur les berges de l’oued Rhumel, le diss, le lentisque, le thym vulgaire, l’orme champêtre, le peuplier, le caroubier…Certains oléastres sont greffés avec des variétés à huile.

Il a été observé des « Dolmens » dont certains ont été abîmés.

D’après Ikhlef, un berger qui vit depuis longtemps dans cette région, la faune existante est constitué des espèces suivantes :

  • le chacal, le renard, le chat sauvage (difficile à observer), le hérisson, le porc épic, le pigeon et l’hirondelle des rochers, rapaces et charognards dont le vautour fauve, vautour percnoptère, la tortue d’eau, petits mammifères (à déterminer), la sarcelle d’hiver (Anas crecca) petit échassier qui hiverne dans la zone, sur le cours d’eau…

Il y a également beaucoup de grottes…

C’est un site féerique qui mérite d’être connu et préservé au même titre que la ville romaine de Tiddis, donc toute la zone peut faire l’objet d’un classement en matière d’archéologie, site naturel avec les gorges, l’oued Rhumel, la biodiversité…

La région d’Ibn Ziad mérite aussi d’être connue et l’association « El Mebdoue » pour l’environnement organise des randonnées pour des groupes structurées dans les massifs du djebel Zouaoui, djebel Kerkera…Pour tout contact, se rapprocher de l’association au niveau de son siège jouxtant la Maison de jeunes d’Ibn Ziad.

Fait à Constantine, le 5 avril 2010
Par Abdelouahab Karaali

Un commentaire pour “Béni H’midène doit développer son écotourisme”

  1. Tedjani dit :

    Bravo! Une fois de plus vos articles sont riches en informations, précis et dans une langue impéccablement maitrisée.
    Chacune de vos publications sur Nouara est un véritable plaisir et honneur pour moi.
    N’hésitez pas cher ami à m’en envoyer d’autres!
    A bientôt. Mon départ est proche ….

    Amicalement, Karim Tedjani.

Laisser un commentaire