45 éme jour – Luzki – complété

La nuit dans le train s’est bien passée.

J’étais en 3 éme classe, le train était plein à 100 % (on était dimanche soir).

Aucun problème.

Le seul inconvénient, mais il est probablement le même dans les autres classes. C’est qu’il n’y a de la climatisation que lorsque le train roule. Et par moment, avant le départ, et chaque fois qu’il s’arrête (très souvent), il fait chaud, très chaud (29°, la température du wagon s’affiche) et aucune fenêtre ne s’ouvre. Pendant les jours très chauds cela doit être dur. Hier, il faisait 24° degrés.

Arrivée à l’heure prévue 4h35 (il fait jour, le soleil se lève à 3h30 et se couche à 22h30, 5 heures de nuit), et même en avance.

Une demi-heure avant, le personnel d’accompagnement passe réveiller les voyageurs pour leur rendre leur billet (!).

Premier remontage rapide du vélo sur le quai (une demi-heure).

Traversée de la gare, sans contrôle (ouf !) alors qu’à Moscou, les bagages des voyageurs descendant du train sont contrôlés).

Et finition du remontage à l’extérieur, avec un mur pour appuyer mon vélo.

Il crachine un peu, mais le rebord du toit de la gare m’abrite un peu. Mais je me fais arroser par la nettoyeuse municipale …

Un peu avant 7 heures, après m’être restauré, je démarre.

Sortie de Peter sur 30 km, facile, ça circule, mais pas de problème.

Puis 20 km de route en bord de mer, mais je suis sur une piste cyclable en site propre, entre mer et route. Très agréable.

Plage au nord de Saint Peterbourg.

Plage au nord de Saint Peterbourg. Entretien de la plage après le week-end.

Piste cyclable entre plage et route.
Beaucoup de Russes font du ski à rouettes (Rollerski) sur cette piste cyclable..

Reste une cinquantaine de kilomètres un peu plus fastidieux, plus de piste cyclable et une certaine circulation.

C’est la route des plages de la Baltique, succession de villages de loisirs, restaurant, … pas très intéressant, avec de temps en temps un bel aperçu sur la mer.

Prenez soin de la forêt.

Plage à 90km au nord deSaint Petersbourg.

A la fin, moins de circulation, et une petite piste s’éloignant de la mer me conduit à mon hébergement dans une ferme.

Piste pour aller à mon hébergement, une ferme à Luzki.

Publié dans 45 | Laisser un commentaire

44 éme jour – Le départ de Moscou – complété

Dimanche, j’avais une longue journée à occuper puisque je ne prenais mon train qu’à 18h45.

J’ai commencé par prendre mon petit-déjeuner dans mon square habituel juste à côté de l’auberge de jeunesse.

Comme il fait très beau et déjà chaud, je m’installe à l’ombre, par-terre, puisque la veille en rentrant, j’ai constaté avec stupéfaction, et regret, que tous les bancs avaient été enlevés. Ils ont entamé une réfection de jardin qui était déjà pourtant très bien. C’est dire l’importance que les Russes attachent à la qualité de leurs espaces collectifs.

Le square à côté de l’auberge de jeunesse, square où je dînais, et prenais mes petits-déjeuners. Les premiers jours, il y avait des bancs tout du long, des deux côtés.

Petit-déjeuner.

Puis j’approfondis un peu la découverte de « mon » quartier, le quartier de Babouchkinski, depuis 4 jours, et je découvre le parc culturel et de loisirs de Babouchkinski.

Remarquable !

Je commence par une magnifique exposition de photos de paysages de Russie … ça donne envie d’aller voir un peu plus loin que la Russie d’Europe !

Puis je découvre plein d’espace jeux pour les enfants, une scène permanente de plein-air devant laquelle se déroule une séance de gymnastique,

de grandes allées plus calmes avec des bancs,

Le quartier de Babouchinski.

L’entrée du parc culturel de de loisirs Babouchinski.

Exposition photographique dans le parc de Babouchinski.

Appui-vélo et décoration dans le parc de Babouchinski.

Scène permanente et gymnastique de plein air dans le parc de Babouchinski.

Allée du dans le parc de Babouchinski.

Babouchkin, aviateur, héros de l’Union Soviétique.

Vue très très partielle des jeux d’enfants du parc de Babouchinski. Des jeux très originaux.

Invitation à s’incrire au club de fitness pour des séances en plein air chaque mercredi à 18h.

Je traverse le parc avec pour objectif de rejoindre un autre parc qui se trouve de l’autre côté de la voie ferrée. Pas si simple !

Je rencontre une vieille Volga, voiture russe,

Vieille Volga, voiture russe.

Pour traverser la voie ferrée, je suis obligé de passer par une passerelle à une gare, il y a une glissière pour monter le vélo, mais vu son poids chargé, je suis obligé d’enlever mon gros sac de guidon pour le mettre sur mon dos.

On est dimanche, mais beaucoup de gens travaillent le dimanche, partout, et sur la photo, pas très représentative, on pourrait voir une trentaine d’ouvriers en train de creuser une tranchée à la pelle et à la pioche, probablement pour des raisons de sécurité ou d’efficacité (les Russes ont des engins pour effectuer les gros travaux).

La gare de Lossinostrovskaia.

Chantier à la gare de Lossinostrovskaia.

je pars dans une impasse que j’ai baptisé rue des garages, 370 garages de part et d’autre de la rue. Ce sont de grands garages, j’en ai vu ouverts, ils sont confortables, souvent transformés en ateliers.

Les Russes ont le souci de leur environnement. On voit de temps des panneaux comme « Aime la Russie, ne jette pas tes ordures ». Comme partout, il est nécessaire de faire ds rappels, mais globalement, la Russie est très propre, mais ils y mettent les moyens, il y a beaucoup, beaucoup de personnel d’entretien.

La rue des garages, impasse. Derrière les garages, des bois inaccessibles.

Ne jetez pas d’ordures, aimez la Russie !

Je traverse un campus d’une université de Moscou (poste de garde à l’entrée et à la sortie, mais pas de problème à vélo ou à pied, ce sont des espaces publics).

мгсу – Université d’État d’ingénierie civile de Moscou.
C’est l’une des principales universités techniques et la principale université d’ingénierie et de construction en Russie , l’une des branches du programme « Partenariat stratégique des institutions d’enseignement de l’architecture et de la construction de la Fédération de Russie ».

мгсу – Université d’État d’ingénierie civile de Moscou

Je repasse près de l’Ouvrier et de la Kolkozienne, que je prends avec plus de recul que les fois précédentes, je suis de l’autre côté de la pénétrante automobile (2 fois quatres voies, impressionnante, mais de part et d’autre de ces pénétrantes, les quartiers sont très calmes, verts, et, a priori, agréables à vivre (et la quantité d’arbres a, je crois, un gros impact sur le bruit en l’amortissant).

Je finis par arriver au parc Sokolniki, gigantesque parc, du même type que Babouchkinski, mais 20 fois plus grands. Parc génial !

L’entrée du parc Sokolnki., côté ville. Personnellement, je suis arrivé par le nord, à l’opposé de cette entrée, un boulevard ceinture le parc au nord, et il suffit de prendre une allée. Les animations se concentrent près de l’entrée et diminuent au dur et à mesure que l’on va vers le nord.

Le Parc de Culture et de Détente Sokolniki (en russe : Парк Сокольники, littéralement « Parc des Faucons ») est l’un des parcs les plus grands de Moscou. Il fut créé par le tsar Alexis Ier Mikhaïlovitch, père de Pierre le Grand. Il tient son nom d’une pratique du XVIIe siècle, qui voyait les tsars et leurs fauconniers y chasser le lièvre et le renard avec l’aide de leurs faucons.
Ce parc fait 600 ha, 4 fois plus que Hyde Parc à Londres, le double de Central Parc à New York, légèrement plus petit que le Bois de Boulogne à Paris (846 ha).

La fontaine centrale du parc Sokolnki.

Une « avenue » centrale du parc Sokolniki.

Un des très très nombreux lieux calmes du parc Sokolniki.

L’espace fête foraine du parc Sokolnki.

L’espace fête foraine du parc Sokolnki.

Allée du parc Sokolniki.

Ayant de l’avance en arrivant à la gare, je suis sur la place des 3 gares (gare de Léningrad, gare de Kazan, gare de Yaroslav), je vais visiter cette dernière ce que je n’avais pas fait l’autre jour.

Très belle gare avec une expo-photo sur la création du chemin de fer en Russie au XIXéme siècle, extraite d’une expo plus importante visible dans un musée de Moscou.

La gare de Yaroslav.

Plafond de la gare de Yaroslav.

La salle d’attente du 1er étage de la gare de Yaroslav, avec l’espace jeux d’enfants au fond.

Gare de Yaroslav. Exposition photo sur la construction du réseau ferroviaire au XIX éme siècle, ici la consruction d’un pont sur la Volga.

Puis je rentre dans la gare de Leningrad, j’ai 3 heures d’avance, premier contrôle de mes bagages pour entrer dans la gare.

1h30 avant le départ, mon train s’affiche.

Deuxième contrôle des bagages pour passer sur le quai. Simple contrôle comme à chaque fois, bon enfant, simplement il faut décharger le vélo pour passer les bagages un par un dans le détecteur et recharger le vélo en suite.

Et me voilà sur le quai. Je suis le premier. 5 minutes après le train arrive.

Mais on ne peut pas monter dedans.

3/4 heure avant, il commence à y avoir du monde sur le quai, mais toujours pas d’accès au train. Dans le train, le personnel d’accompagnement s’affaire.

La chef sort du train, revient avec la liste des billets électroniques qu’elle remet à l’accompagnatrice de chaque wagon. On va pouvoir embarquer.

Il reste 30 miutes avant le départ du train,

et la chef vient me dire … qu’il faut que je démonte mon vélo et qu’il faut que je le mette dans une housse !!!!!

Mauvaise interprétation de ma part, et grosse déception. Comme il y a un wagon bagages où j’ai réservé une place pour mon vélo et mes sacoches, je pensais que je n’aurai pas à démonter mon vélo.

Pas du tout ! en fait de fourgon à bagages, c’est simplement un compartiment particulier du train, compartiment dont on n’a même pas démonté les couchettes, qui sert de fourgon à bagages. Et comble, le compartiment est à une extrémité du wagon, et on rentre par l’autre extrémité, en passant par un boyau très étroit à cause de la place prise par le samovar.

Donc en 30 minutes, j’ai du démonté mon vélo, dévisser la selle, démonter le guidon, le garde-bout-avant et le porte-bagage avant, les pédales, les patins de freins (sinon on ne peut pas enlever les roues sans les dégonfler), les deux roues et ranger tout ça dans la housse. Mais j’ai de l’entraînement puis que je l’ai déjà fait à Paris, gare de l’Est pour prendre le Thalys vers Cologne le 5 mai. Et j’ai eu l’aide d’un Russe (merci !).

Moins de 5 minutes avant le départ, les mains bien sales, je pouvais me présenter (avec mon petit sac à dos pour mes affaires de voyage) au wagon numéro 4 (les bagages étant dans le numéro 8) pour embarquer après contrôle que mon passeport correspondait bien au numéro enregistré sur mon billet.

Un peu de stress quand même.

Mon vélo en attente d’embarquement dans le train que l’on voit à droite, gare de Léningrad à Moscou (vélo non démonté … 1h30 avant le départ du train).

Publié dans 44-Moscou | Laisser un commentaire

45 éme jour – Luzki

La nuit dans le train s’est bien passée.

J’étais en 3 éme classe, le train était plein à 100 % (on était dimanche soir).

Aucun problème.

Le seul inconvénient, mais il est probablement le même dans les autres classes. C’est qu’il n’y a de la climatisation que lorsque le train roule. Et par moment, avant le départ, et chaque fois qu’il s’arrête (très souvent), il fait chaud, très chaud (29°, la température du wagon s’affiche) et aucune fenêtre ne s’ouvre. Pendant les jours très chauds cela doit être dur. Hier, il faisait 24° degrés.

Arrivée à l’heure prévue 4h35 (il fait jour, le soleil se lève à 3h30 et se couche à 22h30, 5 heures de nuit), et même en avance.

Une demi-heure avant, le personnel d’accompagnement passe réveiller les voyageurs pour leur rendre leur billet (!).

Premier remontage rapide du vélo sur le quai (une demi-heure).

Traversée de la gare, sans contrôle (ouf !) alors qu’à Moscou, les bagages des voyageurs descendant du train sont contrôlés).

Et finition du remontage à l’extérieur, avec un mur pour appuyer mon vélo.

Il crachine un peu, mais le rebord du toit de la gare m’abrite un peu. Mais je me fais arroser par la nettoyeuse municipale …

Un peu avant 7 heures, après m’être restauré, je démarre.

Sortie de Peter sur 30 km, facile, ça circule, mais pas de problème.

Puis 20 km de route en bord de mer, mais je suis sur une piste cyclable en site propre, entre mer et route. Très agréable.

Reste une cinquantaine de kilomètres un peu plus fastidieux, plus de piste cyclable et une certaine circulation.

C’est la route des plages de la Baltique, succession de villages de loisirs, restaurant, … pas très intéressant, avec de temps en temps un bel aperçu sur la mer.

A la fin, moins de circulation, et une petite piste s’éloignant de la mer me conduit à mon hébergement dans une ferme.

Photos à suivre.

Publié dans 45 | Laisser un commentaire

44 éme jour – Le départ de Moscou

Dimanche, j’avais une longue journée à occuper puisque je ne prenais mon train qu’à 18h45.

J’ai commencé par prendre mon petit-déjeuner dans mon square habituel juste à côté de l’auberge de jeunesse.

Comme il fait très beau et déjà chaud, je m’installe à l’ombre, par-terre, puisque la veille en rentrant, j’ai constaté avec stupéfaction, et regret, que tous les bancs avaient été enlevés. Ils ont entamé une réfection de jardin qui était déjà pourtant très bien. C’est dire l’importance que les Russes attachent à la qualité de leurs espaces collectifs.

Puis j’approfondis un peu la découverte de « mon » quartier, le quartier de Babouchkinski, depuis 4 jours, et je découvre le parc culturel et de loisirs de Babouchkinski.

Remarquable !

Je commence par une magnifique exposition de photos de paysages de Russie … ça donne envie d’aller voir un peu plus loin que la Russie d’Europe !

Puis je découvre plein d’espace jeux pour les enfants, une scène permanente de plein-air devant laquelle se déroule une séance de gymnastique,

de grandes allées plus calmes avec des bancs,

Je traverse le parc avec pour objectif de rejoindre un autre parc qui se trouve de l’autre côté de la voie ferrée. Pas si simple !

Je rencontre une vieille Volga, voiture russe,

je pars dans une impasse que j’ai baptisé rue des garages, 370 garages de part et d’autre de la rue. Ce sont de grands garages, j’en ai vu ouverts, ils sont confortables, souvent transformés en ateliers.

Les Russes ont le souci de leur environnement. On voit de temps des panneaux comme « Aime la Russie, ne jette pas tes ordures ». Comme partout, il est nécessaire de faire ds rappels, mais globalement, la Russie est très propre, mais ils y mettent les moyens, il y a beaucoup, beaucoup de personnel d’entretien.

Pour traverser la voie ferrée, je suis obligé de passer par une passerelle à une gare, il y a une glissière pour monter le vélo, mais vu son poids chargé, je suis obligé d’enlever mon gros sac de guidon pour le mettre sur mon dos.

On est dimanche, mais beaucoup de gens travaillent le dimanche, partout, et sur la photo, pas très représentative, on pourrait voir une trentaine d’ouvriers en train de creuser une tranchée à la pelle et à la pioche, probablement pour des raisons de sécurité ou d’efficacité (les Russes ont des engins pour effectuer les gros travaux).

Je traverse un campus d’une université de Moscou (poste de garde à l’entrée et à la sortie, mais pas de problème à vélo ou à pied, ce sont des espaces publics).

Je repasse près de l’Ouvrier et de la Kolkozienne, que je prends avec plus de recul que les fois précédentes, je suis de l’autre côté de la pénétrante automobile (2 fois quatres voies, impressionnante, mais de part et d’autre de ces pénétrantes, les quartiers sont très calmes, verts, et, a priori, agréables à vivre (et la quantité d’arbres a, je crois, un gros impact sur le bruit en l’amortissant).

Je finis par arriver au parc Sokolniki, gigantesque parc, du même type que Babouchkinski, mais 20 fois plus grands. Parc génial !

Ayant de l’avance en arrivant à la gare, je suis sur la place des 3 gares (gare de Léningrad, gare de Kazan, gare de Yaroslav), je vais visiter cette dernière ce que je n’avais pas fait l’autre jour.

Très belle gare avec une expo-photo sur la création du chemin de fer en Russie au XIXéme siècle, extraite d’une expo plus importante visible dans un musée de Moscou.

Puis je rentre dans la gare de Leningrad, j’ai 3 heures d’avance, premier contrôle de mes bagages pour entrer dans la gare.

1h30 avant le départ, mon train s’affiche.

Deuxième contrôle des bagages pour passer sur le quai. Simple contrôle comme à chaque fois, bon enfant, simplement il faut décharger le vélo pour passer les bagages un par un dans le détecteur et recharger le vélo en suite.

Et me voilà sur le quai. Je suis le premier. 5 minutes après le train arrive.

Mais on ne peut pas monter dedans.

3/4 heure avant, il commence à y avoir du monde sur le quai, mais toujours pas d’accès au train. Dans le train, le personnel d’accompagnement s’affaire.

La chef sort du train, revient avec la liste des billets électroniques qu’elle remet à l’accompagnatrice de chaque wagon. On va pouvoir embarquer.

Il reste 30 miutes avant le départ du train,

et la chef vient me dire … qu’il faut que je démonte mon vélo et qu’il faut que je le mette dans une housse !!!!!

Mauvaise interprétation de ma part, et grosse déception. Comme il y a un wagon bagages où j’ai réservé une place pour mon vélo et mes sacoches, je pensais que je n’aurai pas à démonter mon vélo.

Pas du tout ! en fait de fourgon à bagages, c’est simplement un compartiment particulier du train, compartiment dont on n’a même pas démonté les couchettes, qui sert de fourgon à bagages. Et comble, le compartiment est à une extrémité du wagon, et on rentre par l’autre extrémité, en passant par un boyau très étroit à cause de la place prise par le samovar.

Donc en 30 minutes, j’ai du démonté mon vélo, dévisser la selle, démonter le guidon, le garde-bout-avant et le porte-bagage avant, les pédales, les patins de freins (sinon on ne peut pas enlever les roues sans les dégonfler), les deux roues et ranger tout ça dans la housse. Mais j’ai de l’entraînement puis que je l’ai déjà fait à Paris, gare de l’Est pour prendre le Thalys vers Cologne le 5 mai. Et j’ai eu l’aide d’un Russe (merci !).

Moins de 5 minutes avant le départ, les mains bien sales, je pouvais me présenter (avec mon petit sac à dos pour mes affaires de voyage) au wagon numéro 4 (les bagages étant dans le numéro 8) pour embarquer après contrôle que mon passeport correspondait bien au numéro enregistré sur mon billet.

Un peu de stress quand même.

Les photos viendront plus tard, pour la première fois, le réseau n’a pas un débit suffisant (je suis en Edge), je suis dans une ferme perdue dans la campagne.

Publié dans 44-Moscou | Laisser un commentaire

43 éme jour – Visite de Moscou – 3éme jour

Après la journée d’hier assez fatigante, trois objectifs pour la journée.

D’abord, pas de vélo, mais la découverte du métro.

Je me rends donc à pied à la station la plus proche de mon auberge, la station Sviblovo.

Le quartier de Babouchkinski, district municipal de la ville de Moscou, dépendant du district administratif nord-est.

Petite chapelle (en activité, il y avait une messe quand je suis passé devant ce samedi matin) dans le quartier de Babouchkinski

J’achète un ticket « journée » pour 218 roubles, 3,30 euros,

je prends le métro et je descends à la station Tourguenievskaia avant de rendre tranquillement à pied à la cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux sur la place Rouge.

J’ai de la chance, il n’y a pas de queue (j’aurai peut-être renoncé), je suis venu peu après l’ouverture. Quand j’étais passé l’autre jour, la queue était longue, et quand je suis sorti, la queue était longue aussi. Entrée 1000 roubles.

Immeuble art-déco dans une rue du centre-ville de Moscou. Beaucoup, beaucoup d’architectures riches et différentes dans le centre-ville.

Dans la cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux.

Ouvrage d’Adam Olearius dans sa version de 1727, première publication en 1649, ouvrage relatant son voyage jusqu’en Perse via Moscou, ouvert à la page d’une gravure de Moscou le jour de la fête des Rameaux.
Dans la cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux.

Dans la cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux.

Dans la cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux.

La place Rouge.

Fan de foot mettant de l’ambiance.

Vue de la cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux.

En sortant de la cathédrale, je fais un nouveau tour au parc Zaryadye où il y a de l’ambiance, et j’en profite pour visiter deux pavillons qui sont enterrés, mais très esthétiques, très modernes.

Mais ces pavillons sont quasi-vides, ils permettent d’accéder, moyennant un prix d’entrée à quelques séances vidéo. Suprenant ! mais les architectes se sont bien fait plaisir.

Au parc Zaryadye, le pavillon des médias.

Au parc Zaryadye, le pavillon de l’environnement.

L’amphithéâtre du parc Zaryadye à la fin d’une manifestation des supporters anglais (c’était archi-plein, mais je suis arrivé trop tard pour prendre la photo, c’était terminé. Il y avait de l’ambiance !

et j’approfondis la connaissance des stations de métro por me rendre à mon troisième objectif de la journée.

Escalier roulant pour atteindre les rames de métro (jusqu’à 84 mètres sous terre).

Station Pouchkine.

Décoration dans la station Pouchkine.

Dans le métro de Moscou.

Décoration de la station Tchecovskaia.

Décoration de la station Polyanka.

La station Arbatskaia.

Le 3 éme objectif de la journée était de trouver un endroit calme pour rédiger mes trois articles de blog, et qu’est ce qui peut venir à l’idée d’un universitaire pour trouver un lieu pour travailler tranquille ?

Une bibliothèque !

Et c’est donc dans la bibliothèque Lénine (La Bibliothèque d’État de Russie), à deux pas du Kremlin, mais après avoir changé plusieurs fois de métro (j’aurai été plus vite à pied) que je rédige ces trois articles, confortablement installé, entrée libre après passage (très rapide) par un bureau pour avoir une carte de visiteur et passage à un vestiaire où je laisse mon sac à dos, ne conservant que mon petit ordinateur, mon appareil photo et ma pochette de papier (ouvert jusqu’à 20 heures tous les jours, fermé le dimanche (je crois)) .

La Bibliothèque d’État de Russie.
Bibliothèque Lénine.

La salle de lecture de la bibliothèque Lénine, très confortable.

et je repars faire un tour dans le métro … après 4 heures de travail, au calme !

Publié dans 43-Moscou | Laisser un commentaire

42 éme jour – Visite de Moscou – 2éme jour – complété

Aujourd’hui grand beau temps et température très agréable, en T-shirt de 8h à 22h, heure de mon retour après une excellente journée que je n’ai pas le temps de détailler, mais riche en découvertes comme d’habitude.

Moscou et une ville magnifique et je crois que ceux qui l’ont vu il y a quelques années, ne la reconnaîtrait peut-être pas beaucoup tellement de travaux ont été fait récemment, voire ne sont pas complètement terminés.

Je commence ma journée, toujours à vélo, en repassant devant L’Ouvrier et la Kolkhozienne, et j’améliore la photo.

L’Ouvrier et la Kolkhozienne, statue emblématique construite spécialement pour l’Exposition universelle de 1937 à Paris, près du parc VDNKH.

Mon premier objectif de la journée, c’est de passer à la gare d’où je partirai dimanche soir avec un train de nuit pour rejoindre Saint Petersbourg.

J’ai pris des billets électroniques (billet + bagages), il me faut les imprimer, je ne sais pas si c’est obligatoire, les billets sur smartphone suffisent peut-être. Je préfère être sûr.

En arrivant à la gare, j’interroge une charmante hôtesse d’accueil qui ne sait pas me répondre et interroge une collègue. En fait c’est très simple, il y a des bornes, il suffit d’entrer son numéro de billet, son numéro de passeport et ça sort le billet imprimé.

Mais, avec moi (c’est les hôtesses qui font la manip), cela ne marche pas. En fait c’est de ma faute, j’ai un numéro de passeport avec un I, et cela peut se lire comme 1 ou l.

Elle appelle une troisième qui essaie à son tour, et finalement me dirige vers un guichet. Je prends un numéro, j’attends mon tour et pas de problème l’hotesse m’imprime mes billets qui sont au même format que les billets SNCF (entre-temps je m’étais aperçu de mon erreur de numéro de passeport).

Tout ça pour dire, que partout, il y a du personnel d’accueil, de nettoyage, dans les rayons de magasin, … et toujours très très gentils, très serviables. Pareil à l’auberge de jeunesse. Il y a toujours quelqu’un à qui poser une question.

Ce matin grande discussion avec Volodia, l’agent d’accueil de la cage d’ascenceur de l’immeuble où se situe l’auberge de jeunesse (4éme et 5éme étage – dernier étage).

La gare de Leningrad à Moscou.

Intérieur de la gare de Leningrad, aussi appelée gare d’Octobre.

Après mon passage à la gare de Leningrad, je vais faire un tour à la gare d’en face qui est architecturalement plus riche. La gare de Kazan est beaucoup plus animée, elle doit voir plus de passagers par jour que la gare de Leningrad.

La gare de Kazan. Elle se trouve sur la place Komsomolskaïa, dite place des Trois-Gares, avec la gare de Iaroslavl et la gare de Léningrad.

La salle d’attente du rez-de-chaussée de la gare de Kazan.

Salle d’attente du 1er étage de la gare de Kazan, noter le très grand espace jeu au fond.

Puis je choisis d’aller découvrir le complexe Loujnikiau bord de la Moscova, assez loin vers l’ouest en partant vers le sud-ouest et en suivant la rive gauche (qui est au sud).

Au bord de la Moskva en allant vers le sud-est.

Immeuble d’habitation sur la berge Kotelnitcheskaïa, le même qu’hier vu à l’opposé, l’une des « Sept Sœurs » moscovites.

Le Kremlin vu de l’autre rive avec sur la droite l’avancée, « pont flottant », du nouveau parc Zaryadye au dessus de la Moskva, belvédère sur le Kremlin.

Le nouveau parc Zaryadye.

Le Kremlin.

La cathédrale du Christ-Sauveur

Monument à la gloire de l’empereur Pierre le Grand, érigé en 1997, monument très controversé.

Administration de la Fédération de Russie au bord de la Moskva.

Passerelle piétonne.

Le stade Loujniki (81 000 spectateurs), arène principale de la Coupe du Monde 2018 en Russie en accueillant la finale de cette dernière.

Moskva-City (en russe : Москва-Сити) est le surnom du Centre de commerce international de Moscou, un quartier d’affaires en développement dans le centre ouest de Moscou, près du 3e périphérique.
En premier plan, un télécabine (presque terminé) qui permettra de passer d’une rive à l’autre au niveau du stade Loujniki.

Moskva-City

Moskva-City.
Echange de prise de photos avec de jeunes russes.

Pour compléter ma journée après cette grande balade, je repasse par le centre-ville pour prendre la direction du VDNKH,

Une bonne année !

où j’ai l’intention d’aller visiter le pavillon-musée « Russie, mon histoire »,

et là, je découvre une chose qui va se confirmer le lendemain. Les Russes construisent des bâtiments grandioses, mais très vide à l’intérieur (pour l’instant du moins).

C’est un bâtiment tout neuf, mais il est ce jour-là un peu squatté par un évènement « coupe du monde », l’entrée est libre, mais il n’y a pas grand’chose à voir si ce n’est les deux grands panneaux que j’ai photographié.

L’histoire de la Russie de Riourik à Poutine.
Riourik est le premier prince de Novgorod et fondateur de la dynastie riourikide qui règne sur la Rus’ de Kiev jusqu’en 1240.

Géographie de la Russie.

A défaut, je choisis d’aller voir le pavillon de la conquête spatiale, pavillon beaucoup plus ancien mais qui, au moins d’extérieur, vient d’être rénové. Exposition très intéressante, mais pas très didactique. Dans un simulateur 3D avec vibrations et mouvement, pendant 3 minutes, j’ai pu m’imaginer aux commandes d’un vol spatial, mais paroles toutes en russe.

Le pavillon de la conquête spatiale au VDNKH.

Autre pavillon du VDNKH en face du pavillon de la conquête spatiale.

Simulateur de vol spatial au pavillon de la conquête spatiale au VDNKH.

La capsule de Youri Alexeïevitch Gagarine.
Premier homme à avoir effectué un vol dans l’espace au cours de la mission Vostok 1 le 12 avril 1961, dans le cadre du programme spatial soviétique.

La tenue d’Alexeï Arkhipovitch Leonov, cosmonaute soviétique.
Premier homme à réaliser une sortie extravéhiculaire dans l’espace dans le cadre de la mission Voskhod 2, le 18 mars 1965.

Je rentre très tard après avoir fait des courses et dîner dans un parc où viennent se retrouver des cyclistes. J’aurais bien été faire un tour avec eux, mais avec plus de 65 km de vélo et une très longue journée, j’en avais assez. Je suis rentré à l’auberge à 22 heures.

Rassemblement cycliste dans un parc près de mon auberge de jeunesse (probablement avant une balade nocturne).

Publié dans 42-Moscou | Laisser un commentaire

41 éme jour – Visite de Moscou – 1er jour – complété.

Bonne journée aujourd’hui,
mais les conditions ne sont pas idéales pour rédiger,
et la journée a été longue.
Message plus détaillé dans les jours à venir.

Voici donc la version plus détaillée.

Mon auberge de jeunesse est à 12 km du centre-ville. Ce n’est pas un problème pour moi, c’est comme aller de chez moi à la gare de l’Etat à Nantes, mais c’est beaucoup plus plat.

Hier en arrivant, je suis passé devant une très grande statue, et j’approfondis aujourd’hui.

L’Ouvrier et la Kolkhozienne, statue emblématique construite spécialement pour l’Exposition universelle de 1937 à Paris, situé aujourd’hui près du parc VDNKH.

Un peu plus loin c’est une fusée qui décolle, et je découvre le parc VDNKH, gigantesque parc avec de très nombreux pavillons. Zone en gros travaux de rénovation, probablement un peu en retard pour l’ouverture de la coupe du monde, mais travaux très avancés, il manque quelques finitions.

Monument aux conquérants de l’espace.

Entrée du parc VDNKH, le centre panrusse des expositions (Выставка Достижений Народного Хозяйства (ВДНХ)).

Le musée de la conquête de l’espace dans le parc VDNKH.

Après une petite balade dans le parc (j’y reviendrai, c’est sur ma route), je continue vers le centre-ville pour me rendre sur la place Rouge, elle est un peu moins inaccessible, mais l’accès est très très partiel.

Rue du centre-ville de Moscou.

Le Kremlin et la cathédrale de Saint Basile le Bienheureux.

La Place Rouge (inaccessible) – partie gauche.

La Place Rouge (inaccessible) – partie droite.

Puis je faire un tour au Goum, le grand magasin, très réputé (j’en avais entendu parlé pendant mes cours de Russe au collège) construit entre 1890 et 1893.

Le Goum – Glavny Ouniversalny Magazin – Главный Универсальный Магазин, ГУМ1), – Magasin principal universel », centre commercial situé sur la place Rouge.

Le Goum, c’est 3 allées parallèles comme celle-ci avec 3 niveaux de magasins. Photo prise du niveau supérieur.

Puis je décide de faire un tour au bord de la rivière Moskva (affluent de l’Oka, sous-affluent de la Volga).

Je pars vers le sud-est d’abord, sur la rive nord avant de traverser, de revenir au centre-ville et de retraverser pour continuer sur la rive nord mais en allant vers le sud-ouest (Le Kremlin est au nord d’une boucle de la Moskva (traduit Moscova)).

La Moskva, vue vers l’ouest.

Une des « Sept Sœurs » moscovites . Après la victoire de l’Union soviétique sur l’Allemagne nazie, Staline lança l’ambitieux plan des Vyssotnyé Zdania (Высотные здания), aussi appelés Vyssotki (Высотки).

Monument à la gloire de l’empereur Pierre le Grand, érigé en 1997, monument très controversé.

La cathédrale du Christ-Sauveur, édifiée une première fois entre 1839 et 1883 en mémoire de la victoire de la Russie sur la Grande Armée de Napoléon Ier (en 1812). Détruite sous Staline en 1931, elle fut reconstruite pratiquement à l’identique entre 1995 et 2000.

et je termine en revenant à l’auberge en prenant une dernière photo.

Quel est ce si grand général français ? (près de la station de métro VDNKH).

Je suis rentré ce soir là pour six heures, car j’avais rendez-vous pour récupérer un document assez important et obligatoire, l’accusé d’enregistrement de mon visa. Il peut théoriquement m’être demandé dans la rue, et l’obligation s’est encore précisée pendant la période de la coupe du monde. Ceci dit, je n’ai jamais été interpellé depuis mon arrivée en Russie. La présentation des papiers est systématique dans tous les hôtels et ils font une photocopie pour pouvoir faire leur déclaration d’accueil d’un étranger, mais ne délivre jamais de reçu. J’en avais demandé un à Saint Petersbourg, j’avais eu une copie du formulaire informatique. J’en avais demandé ensuite, visiblement, ils n’ont pas l’habitude de le faire. A Moscou, j’ai insisté et j’ai eu mon document signé réglementairement 24 heures après mon arrivée.

Après avoir récupéré le document je suis ressorti faire des courses et dîner dans un parc (il y en a partout !!!).

Publié dans 41-Moscou | Laisser un commentaire