7 éme jour – Goniadz – Le parc de la Biebrza – Augustow – Suwalki

Mon gîte hier soir était très agréable, mais envahi par les moustiques malgré les moustiquaires aux fenêtres, inconvénient d’un gîte rural en milieu très humide (le marais de la Biebrza). Ce n’était pas des moustiques tigres et ils étaient assez facile à écraser.

Départ à 7h30 le matin pour une étape de 93 km.

Je ne traverserai que deux villes Goniadz (2000 habitants) et Augustow (30 000 habitants) avant d’arriver à Suwalki(70 000 habitants).

Le centre culturel de Goniadz (2000 habitants).

Devinette : C’est quoi ? Et il y en a au moins un autre sur la même place, la place centrale de Goniadz. Probablement un puits. Je n’ai pas approfondi.

De Goniadz à Augustow, je n’ai pas vu un camion et que de très très rares voitures. D’abord une très longue toute droite, en légères montagnes russes. Pas désagréable, mais un peu lassant, c’est pourquoi un sanctuaire m’a permis de faire une petite pause récrérative.

Sanctuaire sur la route 670. Je fais une petite pause. Le terrain es clos probablement pour le protéger de la faune locale, mais le portail est ouvert. Curieusement ce sanctuaire n’apparaît sur aucune carte et je n’ai pas trouvé son nom.

Sanctuaire sur la route 670

Puis au niveau de Dolistowo, petit village, l’itinéraire astucieusement choisi par « Brouter », Bike Router, entre dans le parc naturel de la Biebrza que je suis d’assez loin depuis le matin.

Par un petit pont on franchit la Biebrza, et la route bitumée devient une piste. La progression est très difficile car la piste est sablonneuse et pendant plusieurs centaines de mètres, je pousse mon vélo à pied, mais pas de regret, la nature est superbe. Beaucoup d’oiseaux qui chantent, des grenouilles, des cigognes, des cygnes …

Cigognes au détour d’un virage dans la parc de la Biebrza

Envol de cigognes

La Biebrza

Cigogne au bord de la Biebrza

Puis la piste redevient bitume, après 3 ou 4 kilomètres, et j’arrive à l’écluse de Debowo, première écluse du canal d’Augustow qui relie la Biebrza au fleuve Niemen. Ce canal construit entre 1821 et 1850 permettait un accès à la mer en passant par la Russie plutôt que de payer de lourds péages à la Prusse.

L’écluse de Debowo, première écluse du canal d’Augustow qui relie la Biebrza au fleuve Niemen.

De Goniadz à Augustow, j’ai roulé sur une portion de la Green Vélo, le plus long itinéraire cyclable d’Europe. Cet itinéraire fait un tour de la Pologne en passant par ses principaux parcs naturels.

Signalétique de la Green Vélo, le plus long itinéraire cyclable d’Europe.

En arrivant sur Augustow, deux panneaux de signalisation m’intriguent, voir la photo.

Devinette ! que signifient ces panneaux placés avant un pont routier ?

Le centre ville d’Augustow est très agréable avec un grand parc ombragé et des dizaines de banc. Il y a du monde, mais il n’est pas trop difficile d’en trouver un de libre pour la pause déjeuner.

Pique-nique sur un banc de la très agréable et bien ombragée place centrale de Augustow

La statue du roi de Pologne Sigismond II qui a donné à la ville d’Augustow ses droits urbains en 1557

D’Augustow à Suwalki, je retrouve une route à circulation. Circulation très supportable. D’abord il n’y a aucun poids lourd. Ils sont interdits sur cette potrion, ils doivent prendre l’autoroute. D’autre part, de part et d’autre de la chaussée principale, il y a une large bande cyclable d’1,50 m, comme j’ai pu en voir partout en Espagne. C’est très confortable pour un vélo. Dommage que la France ne sache pas faire, et sur la route de mercredi, d’Ostrów Mazowiecka à Lomza, elle n’y était pas non plus.

En arrivant à Suwalki, il me vient à l’idée que je suis parti depuis 7 jours et qu’il serait peut-être bon que je vérifie la pression de mes pneus.

J’y avais déjà pensé à Augustow, mais la station service que j’avais vu, ne mettait pas de gonfleur à la disposition de ses clients.

Je m’arrête donc à une belle station service avec un beau gonfleur. Il est beau, il est moderne. Je suis les indications pour gonfler mon vélo à 5 bars comme d’habitude.Son affichage électronique affiche bien, mais au moment de gonfler, il affiche « erreur » et dégonfle très très rapidement complétement mon pneu. J’essaie de trouver quelqu’un pour m’aider, je n’ai peut-être pas bien compris les explications écrites en polonais. On me dit d’aller demander dans la boutique … et l’hotesse me dit que cela doit être en panne, vivement ce n’est pas son problème.

Et me voilà obligé de regonfler mon pneu avec ma petite pompe de dépannage, difficile d’obtenir 5 bars avec.

Je repars en poussant mon vélo pour chercher une autre station. Et un peu plus loin j’arrive à un garage où l’on me prête bien gentiment le compresseur classique qui fonctionne parfaitement.

Moralité, ne plus compter sur les stations services, aller dans un garage !

Monument aux morts de la guerre de 1939 à Suwalki

Dernière péripétie de la journée, pendant ma pause à Augustow, je reçois un mail de l’auberge qui doit m’héberger : « Witam. Przepraszamy ale hostel dzisiaj jest zamknięty . Więc Pan będę mógł wejść przez drzwi z tyłu hostelu »

et dans le mail, j’ai la traduction du polonais en français : « Bonjour. Désolé, mais aujourd’hui l’auberge n’est pas ouverte. Ainsi, le Seigneur pourra entrer par la porte à l’arrière de l’auberge ».

Et j’ai effectivement trouvé ma chambre et tout le confort de l’auberge où je ne suis pas seul, mais la réception est effectivement fermée.

Ce contenu a été publié dans 07. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à 7 éme jour – Goniadz – Le parc de la Biebrza – Augustow – Suwalki

  1. Jocelyne dit :

    Bonjour Pierre,

    Selon Loïc, les panneaux jaunes sont une indication pour les véhicules militaires (un tank est représenté sur l’un des panneaux). Ils sont placés devant un pont généralement, pour savoir comment peuvent circuler les véhicules. Selon son poids, chaque véhicule appartient à une classe. Ainsi, en prenant l’exemple des tanks, si ceux-ci ne dépassent pas la classe 44, comme ils sont « légers », ils peuvent circuler dans les deux sens; par contre, pour les tanks de classe 60, un seul à la fois peut passer sur l’ouvrage. Même chose pour les camions (panneau du dessus).

    Jocelyne

    • Pierre le cycliste dit :

      Bonjour Jocelyne,

      Ce doit être quelque chose comme ça. Mais quand Loïc dit « Selon son poids, chaque véhicule appartient à une classe », n’est-ce pas tout simplement le poids du tank ? Un tank de poids maxi de 60 tonnes s’il est tout seul, de poids maxi 44 tonnes s’il y en a un dans chaque sens. Et on peut penser que la différence entre les deux panneaux vient du fait que l’un est un véhicule à roues, et l’autre, un véhicule à chenilles. Mais je n’en sais rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.