8 éme jour – Sejny – Le frontière Polono-Lituanienne – Seirijai – Alytus

Aujourd’hui j’ai quitté la Pologne et je suis entré en Lituanie.

J’ai démarré vers 7h15 en commençant par faire un petit tour dans Suwalki.

Ville très propre avec un réseau de pistes cyclables époustouflant. A 7h du matin, je n’ai pas rencontré beaucoup de cyclistes, mais c’est la région qui est cyclable, car un peu plus loin à Sejny, j’ai vu plusieurs fois des jeunes garçons se déplaçant à vélo pour aller à leurs activités, sur la place du village les mémés bavardent sur les bancs avec un vélo à côté d’elles …

La place centrale de Suwalki.

En quitannt Suwalki, le paysage a complétement changé, j’ai traversé le parc naturel de Wigierski. Le paysage est presque devenu un paysage de montagne, du plateau, un paysage valonné avec des prés.

Le parc naturel de Wigierski.

Paysage entre Suwalki et Sejny.

De Suwalki à Sejny, je suis toujours sur la Green Velo, la route cyclable. Piste cyclable en site propre qui longe une route à faible densité de circulation sans poids lourd (mais c’est peut-être parce que l’on est samedi). Tout le confort.

Sejny – 6000 habitants – Pologne

Première pause à Sejny sur un banc devant la très grande église, les mémés sont sur un autre banc.

A 9h30, j’assiste à la sortie de la messe (un samedi matin). Ce n’est pas la foule du dimanche, mais il y a du monde.

Puis je reprends ma route en direction de la frontière lituanienne par une petite route qui va devenir de plus en plus petite au fur et à mesure que j’approche de la frontière.

Je passe d’abord à Berzniki où se trouve un très beau et très important cimetière, très beau parce que c’esr un cimetière paysager qui joue très habilement de la géographie du terrain, rien à voir avec un alignement de tombes, et qu’il est très arboré et fleuri en ces beaux jours de printemps.

Le cimetière militaire de Berzniki, C’est un mémorial de la guerre polono-lituanienne dans la région de Sejny, conflit à propos de la défintion de la frontière entre ces deux pays, en septembre 1920.

Le cimetière militaire de Berzniki, C’est un mémorial de la guerre polono-lituanienne dans la région de Sejny, conflit à propos de la défintion de la frontière entre ces deux pays, en septembre 1920.

Puis il y a une bifurcation pour la Lituanie, et le bitume devient piste !

Le passage du bitume à la piste. Pour la Liutanie, prendre à droite. Veisieji est en Lituanie.

La piste pour quitter la Pologne.

et après un kilomètre de piste, j’arrive en Lituanie,

et la piste redevient bitume !

Ouf !

L’entrée en Lituanie.

Eh bien, non !

Après 500 mètres de bitume, le bitume redevient piste, et je vais en avoir pour 10 kilomètres comme ça !

Imprévisible à la lecture de la carte, je n’aime pas ça, cela fait terriblement souffrir le vélo très chargé. Mais il faut faire avec !

Cela veut dire, sélectionner la meilleure trace, en général sur les bords, trace qui de toute façon n’est pas lisse, mais pleine de cailloux, se méfier que cette trace ne se transforme pas en sable, tenir très fermement son guidon, car s’il pivote, c’est le blocage dans le sable et la chute. Dans les côtes (parce que c’est vallonné en plus), il faut souvent monter à pied.

Quand une voiture passe, c’est le grand nuage de sable (j’en verrai 3 ou 4).

Mais le paysage est superbe, complètement sauvage, je ne suis pas officiellement dans un parc naturel, mais c’est tout comme. Toutes les maisons, les fermes sont en bois.

Pas de regret ! Mais heureusement que les 40 derniers kilomètres ont été plus faciles.

Petit village lituanien juste après la frontière polono-lituanienne.

Lac de Zapsys

Maison lituanienne.

Après ces dix kilomètres difficiles; j’ai retrouvé une route très tranquille jusqu’à Serijai.

Pause casse-croûte du jour : un arrêt de bus avec un banc à l’ombre.

Couples de cigognes à Serijai.

L’église de Serijai – 1000 habitants – Lituanie

De Serijai à Alytus, route avec une circulation moyenne, sans bande cyclable, mais une route très large.

Alytus est une ville moyenne. Par rapport aux villes polonaises, j’ai trouvé son centre-ville bien aménagé, mais avec moins d’animation. Je pense que les enseignes commerciales en périphérie doivent nuire au centre.

La place centrale d’Alytus – 55 000 habitants -Lituanie

Le fleuve Niémen passe à Alytus, mais il a du servir à cet endroit là de frontière à certaines époques (?) si bien que la ville ne s’est pas du tout développée sur le fleuve.

Le Niémen à Alytus

Par contre une magnifique passerelle piétons-cycles permet de franchir le Niémen. Je suppose que c’est un élément de la future véloroute Eurovélo 11 qui ira (un jour) d’Athènes au Cap Nord en passant par Varsovie et Vilnius.

La passerelle piétons-cycles au-dessus du Niémen à Alytus

La passerelle piétons-cycles au-dessus du Niémen à Alytus

Depuis que je suis en Lituanie, j’ai changé d’heure. A l’heure où je termine cet article, il est 21h30 à Alytus et 20h30 en France.

Ce contenu a été publié dans 08. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.