9 éme jour – Dusmenys – Onuskis – Rudiskes – Trakai – Lantvaris – Vilnius

Journée assez fatigante aujourd’hui, une centaine de kilomètres comme hier, mais une bonne quinzaine de kilomètres de piste.

Ce matin, comme d’habitude depuis mon départ, le temps est splendide et je démarre à 7 ou 8 heures (je ne sais plus avec le changement d’heure que j’ai subi la veille …). Comme d’habitude je suis en cuissard et T-shirt. Pas de Saints de glace en Lituanie.

Cette nuit, j’ai dormi à Vencunai, un petit village au sud-est d’Alytus, et mon outil de création d’itinéraire (Brouter) m’indique de continuer la petite route bitumée par laquelle je suis arrivé …

mais quelques centaines de mètres plus loin, elle se tranforme en piste, et c’est parti pour 5 km. De bonne heure le matin ça va.

Et je retrouve le bitume.

12 km plus loin, rebelote, un petit raccourci de 10 km par une piste (au lieu de 11 km par une route très peu fréquentée un dimanche matin).

Je fais le choix de la piste, car je sais que même si la journée va être dure, demain c’est jour de repos. Vraiment un très très bel itinéraire en pleine campagne.

Calvaire daté de 1990. Il date de l’indépendance de la Lituanie après la dislocation de l’URSS dont elle était une des quinze républiques.

Le calvaire est très travaillé.

Tracteur agricole à chenilles.

Puis je rejoins la route un peu avant Dusmenys. Petite route très agréable avec très peu de circulation.

Eglise de Dusmenys.

Une dizaine de personnes et un cheval laboure un champ. On est dimanche à Dusmenys.

Je passe ensuite à Onuskis. La route continue, toujours un beau paysage presque de montagne, ça monte, ça descend, ça tourne. Prendre des photos permet de faire une pause. Il fait chaud, chaud.

L’église de Onuskis.

Le lac de Vikoksnis.

Cimetière d’Antakalnis.

J’arrive à Rudiskes.

Eglise de Rudiskes.

Mon itinéraire prévoit une bifurcation, je la prends, mais je sens qu’elle va devenir piste, et effectivement, c’est ce qui arrive.

Mais cela suffira comme piste pour aujourd’hui. J’étudie ma carte (électronique, carte libre créée, avant de partir, avec Mobac – Mobile Atlas Creator) et détermine un itinéraire pour arriver à Vilnius sans piste.

Je passe par Trakai, mais je rate le château (petit regret), par contre, je passe devant un supermarché, ouvert le dimanche (!!), pas très grand (c’est bien), mais très moderne : pas de caissière, 8 caisses en libre_service où tu peux payer en espèces (la machine rend la monnaie) ou par carte. Heureusement, une surveillante est là pour m’expliquer, mais tous les lituaniens savent faire.

J’ai acheté une bouteille de 2l d’eau pour 0,39 + 0,10 de consigne (comme en Allemagne) et 2 mandarines pour 0,28, soit 0,82 euros, payé avec une pièce de 1 euro, rendu 0,18.

J’étais part avec 2 litres d’eau le matin, mais les efforts sur la piste et la chaleur m’avaient fait tout consommer. Il est exceptionnel que j’achète de l’eau. Je me souviens au camping de Pise après de gros orage, l’eau du camping était inconsommable. En Pologne et en Lituanie, l’eau du réseau semble consommable, mais je sais qu’en Russie, il est conseillé d’acheter son eau.

De Trakai à Vilnius je passe par Lantavaris.

La gare de Lantvaris.

Petit tour au centre-ville avant d’aller à mon hébergement, mais je reste deux nuits à Vilnius, la vraie découverte de la Ville sera pour demain.

L’église Sainte Catherine à Vilnius

Je suis logé au huitième d’étage d’une résidence universitaire. Grande chambre pour moi tout seul.

Ce contenu a été publié dans 09. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.