23 éme jour – Uhtna – Sonda – Kivioli – Püssi – Kohtla-Nömme – Jöhvi

Encore une journée très très intéressante de découverte de l’Estonie.

D’abord j’ai passé ma nuit dans une maison tout en bois avec un toit de chaume. Très confortable.

La ferme de Maehansu est une petite ferme qui, entre autres, élève des moutons. Pour y arriver il faut d’abord faire 5 km par une toute peite route, puis deux kilomètres de piste. Mais quel calme !

La ferme de Maehansu.

Des moutons de la ferme de Mahehansu.

La ferme de Mahehansu.

L’étape était assez courte aujourd’hui, 80 km environ, ce qui m’a permis de musarder tranquillement en route et de terminer en pleine forme.

D’abord les paysages ont été agricoles,

Une ferme d’élevage bovin, les vaches sont au prè.

Abribus au milieu des champs. Endroit idéal pour un casse-croûte à l’abri du vent, des moustiques, …

puis je suis passer à Uhtna datant de l’ère soviétique, reconnaissable avec ses petits habitats collectifs. A gauche, l’habitat, à droite, de l’autre côté de la route, l’activité : côte à côte, ce que je suppose être une ancienne ferme collective ou une ancienne petite usine, et à côté une petite usine post-soviétique. Tout est très propre, très agréable pour se promener à pied sous de grands arbres dans des grands espaces verts tondus ou fauchés. Le seul bémol, c’est ce que je suppose être l’ancien siège de l’administration locale qui est complètement abandonné. Cela me paraît un peu dommage, car ce lieu a certainement une histoire. Mais Uhtna, il faut s’appeler Pierre pour y passer, c’est en dehors de tous les itinéraires touristiques.

Un petit collectif à Uhtna.

L’usine nouvelle à Uhtna.

L’usine ancienne à Uhtna, ou la ferme collective, peut-être abandonnée, mais ce n’est pas sûr. Difficile de deviner.

Salle publique du village, à moins que ce ne soit sa boutique. Généralement les épiceries ne se présentent pas comme ça, mais « pood » en estonien est traduit par Google en « boutique »

Probablement le siège de l’administration du village d’Uhtna pendant l’ère soviétique.

Je continue en passant par Sonda, je quitte la route principale pour passer au coeur du village et je découvre la gare de Sonda.

La gare de Sonda.
Le batiment historique est abandonné.
Le train quotidien Tallinn-Narva passe par cette gare, mais ne s’arrête pas, il s’arrête à la gare suivante de Kivioli. Dans cette gare 3 trains par jour dans chaque sens, le train Kadrina-Narva. Kadrina est une gare à mi-chemin entre Tallinn et Narva.

Un peu plus loin, j’aperçois un gros terril avec des camions qui font la navette (un dimanche !).
Je suis dans le secteur des mines de schistes bitumineux.

Si voulez en savoir plus sur les schistes bitumineux, je vous incite à suivre le lien suivant qui parle très bien de cette région de l’Estonie et de ses mines.

http://www.projetestonie2015.com/lor-brun-de-lestonie/

Je ne partage absolument pas leur opinion « Kothla-Järve dégage une atmosphère de décrépitude ».

J’aime beaucoup l’organisation de ces petites villes de l’ère soviétique (que j’avais aussi apprécié à Cracovie dans le quartier de Nova Hutta). Des petits collectifs au milieu de grands espaces verts.

Effectivement des bâtiments sont à l’abandon, probablement est-ce du à la diminution de la population (vieillissement, taux fécondité faible, départ des jeunes, et aussi départ des russophones, ces villes étaient à 80 % habitées par des russophones).

et ces bâtiments n’ont probablement pas été entretenus depuis 1991, effet pervers de la fin de l’ère soviétique.

Après avoir fait mes courses au supermarché Kohtla-Nömme, très bien achalandé (un peu plus grand qu’un Lidl, pour une ville de 1000 habitants, 1000 pas 10000 !),

je m’installe sur un banc pour faire une pause. Un homme passe, se présente, il s’appelle Iouri et nous discutons qudelques temps en semble, en russe, pas facile, il reçoit un coup de téléphone et me passe même son copain au bout du fil. Ce sera un bon souvenir.

En tout cas, j’aime bien l’ambiance de ces quartiers, l’environnement est toujours très propre, entretenu, voire fleuri, des immeubles sont à l’abandon, d’autres auraient besoin d’un ravalement de façade, mais je pense que les intérieurs d’appartement doivent être très bien. Ce soir, à Jöhvi, je suis un de ces petits collectifs. De l’extérieur, bof, bof … un étage a été rénové pour en faire un hôtel. Impressionnant de propreté et de confort ! Une chambre bien plus grande que dans beaucoup d’hôtel français.

Les deux églises sont dans un état impeccable.

Terril de mines de schistes bitumineux.

Usine de traitement des schistes bitumineux de Kivioli.

Usine de traitement des schistes bitumineux de Kiviloi.

Pistes de ski sur un terril de schistes bitumineux. La station de ski a été ouverte pendant l’ère soviétique (1944-1991).

Monument à la mémoire de l’holocauste. Il y avait 20 camps de travail et de concentration des juifs en Estonie dont l’un près de Kivioli.

L’administration de Kivioli.

Un petit collectif à Kivioli.

L’école de Kivioli.

L’école de Kivioli.

L’église orthodoxe de Kivioli.

L’église( catholique ou protestante ?) de Kivioli.

Des bâtiments dans la rue principale de Kivioli.

L’hôpital de Kivioli.

Après mon passage à Kivoli, je reprends la route, passant près d’une parcelle de bois qui vient d’être exploitée.

Exploitation du bois.

puis je pase à Püssi, autre petite cité minière.

Usine abandonnée à Püssi.

Je traverse un gazoduc.

Gazoduc tout neuf. Je n’ai pas trouvé son origine et sa destination, mais il semble avoir la même section que celui qui doit relier l’Estonie et la Finlande à travers la mer Baltique. Il est donc possible que ce soit un élément du réseau de gazoduc venant de Russie (cf. https://news.err.ee/690039/balticconnector-gas-pipeline-to-cost-135-million-on-estonian-side )

avant d’arriver à Kohtla-Nömme, petite cité minière, dont la mine a fermé en 2001, mais dont le siège a été reconverti en un musée des mines d’Estonie. Je ne fais pas la visite du musée, ce serait trop long, mais dans le hall d’accueil, il y a déjà plein de panneaux relatant l’histoire du site et une console permettant de voir des vidéos.

Le palais de la culture de Kohtla-Nömme, il semble en partie désaffecté, mais accueille encore l’agence postale et des logements, à droite et à gauche.

Le musée de la mine de Kohtla-Nömme,

Ce contenu a été publié dans Estonie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.