55 éme jour – Visite de Stockholm

Très beau temps et même très chaud (28 °, jour le plus chaud depuis mon départ le 5 mai).

Je prends un autre itinéraire pour me rendre au centre-ville, et, en même temps, étudier mon itinéraire pour quitter Stockholm demain.

Stockholm est construite sur un bras de mer, mais aussi autour de très grands lacs et il y a beaucoup de ponts pour les franchissements.

L’itinéraire que j’ai pris hier pour rejoindre Bromma était pratiquement tout plat, ou en faux-plat, mais celui que j’ai testé aujourd’hui est beaucoup plus accidenté, ce n’est donc pas celui que j’utiliserai demain, même s’il est un peu plus court.

Je commence par poser mon vélo en entrée du quartier de Gamla stan. En effet, la ville est très bien conçue pour se déplacer à vélo. Pour une voie routière, il y a souvent une piste cyclable bi-directionnelle de chaque côté de la route. C’est très pratique. Mais la densité de cycliste est très élevée, et chaque cycliste est un coureur qui va le plus vite possble, et gare à celui qui est sur son passage (Je m’interroge d’ailleurs sur le taux d’accidentologie vélo contre vélo). Cela ne correspond pas très bien à mon rythme de cycliste touriste qui s’arrête fréquemment pour admirer et prendre des photos. Je préfère donc laisser mon vélo et me déplacer tranquillement à pied.

Dans Gamla stan (la vieille ville de Stockholm), l’Église de Riddarholmen, qui fut le lieu d’enterrement des rois depuis le XVIe siècle.

Dans Gamla stan, le musée Nobel.

Dans Gamla stan, la place Stortorget devant le musée Nobel.

Le palais royal, il est en travaux et tout le secteur aussi. Difficile de prendre une belle photo.

Après une première balade dans Gamla stan, je me dirige, toujours à pied vers l’ile de Djurgarden où se trouve le musée Vasa.

L’église Saint Jacob.

Affichage permanent de la qualité de l’air et de la qualité de l’eau de Stockholm sur le quai Strandvägen.

Vue à partir du quai Strandvägen.

Le 10 août 1628, un grand navire de guerre a appareillé depuis le port de Stockholm. C’était le Vasa, qui venait d’être construit et qui avait été baptisé ainsi parce qu’il portait le blason de la dynastie régnante suédoise. Pour marquer la solennité de l’événement, une salve fut tirée dans le port par les canons bordant ses flancs.

Alors que l’imposant vaisseau faisait lentement route vers l’entrée du port, une rafale de vent l’atteignit. Le Vasa se mit à gîter, puis se redressa. Une deuxième rafale coucha le vaisseau sur son flanc. L’eau s’engouffra par les sabords ouverts. Le Vasa coula, entraînant avec lui entre 30 et 50 des 150 membres d’équipage. Cette tragédie eut lieu 333 années avant le renflouage du Vasa.

Le taret, un mollusque, qui dévore les épaves en bois dans les eaux salées, ne survit pas dans les eaux saumâtres de la Baltique. C’est pourquoi le Vasa qui avait coulé en 1628 par 30 mètres de fond a pu être renfloué en 1961 et un musée a été construit pour le conserver.

Si vous voulez en savoir plus sur le Vasa, je vous invite à suivre le lien lien ci-dessous :

Le musée Vasa

La visite du musée est passionnante. Il y a une visite guidée de 25 minutes dans de très nombreuses langues, dont le français, et aussi un film d’une vingtaine de minutes (avec une version française), et un audio-guide avec son smartphone.

Autres détails : un espace pique-nique, et des casiers pour laisser son sac à dos.

Je crois que c’est une visite à ne pas manquer lors d’un passage à Stockholm.

Scaphandre des plongeurs qui ont passé des câbles sous le Vasa en 1961 pour pouvoir remonter le vaisseau à la surface.

Le Vasa, navire de guerre qui a sombré lors de son voyage inaugural, le 10 août 1628.

Le tableau arrière du Vasa, très richement sculpté.

Chaussures et bottes datant de 1628, retrouvées dans le Vasa en 1961.

Plutôt que de revenir à pied par le même itinéraire qu’à l’aller, je fais le choix de prendre un petit ferry qui me ramène en quelques minutes à Gamla stan.

Le parc d’attraction à côté du musée Vasa.

Gamla stan, vue du ferry qui fait la liaison entre Gamla stan et le musée Vasa.

La journée s’est terminée par un repas au restaurant avec Bénédicte, Sébastien et leurs enfants Augustin et Sixtine, Constance étant déjà parti en France en vacances avec ses grands-parents paternels.

Ce contenu a été publié dans Suède, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.