58 éme jour – Mjölby – Väderstadt – Gränna – Åsens by.

Très belle journée encore aujourd’hui, un peu fraîche avec un bon vent de nord-est qui se maintient.

Une étape de 120 km assez vite parcourus avec le vent dans le dos.

Au départ, je commence par traverser la ville de Linköping.

D’après Wikipédia, « Linköping est connue pour être une ville du vélo, étant devenue « la ville à vélo de l’année » en 2002. Plus de 30 % de tous les déplacements se font à bicyclette. La municipalité a construit près de 40 kilomètres de pistes cyclables et la ville a été décrite par le quotidien montréalais « La Presse », la « Bicyclette Dream City », principalement en raison de l’efficacité des services municipaux de déneigement des pistes cyclables. Environ 70 % des cyclistes d’été le sont aussi en hiver. »

J’ai effectivement vu beaucoup de pistes cyclables, mais j’ai l’impression qu’elles servent d’alibi.

Pou moi, Linköping est un gigantesque autodrome avec des routes dans tous les sens, une ville où la bagnole est reine.

Malgré plusieurs tentatives, je n’ai pas réussi à trouver le centre historique, et j’y ai renoncé vu la longueur de l’étape qui m’attendait.

Linköping avec ses 150 000 habitants est la cinquième ville de Suède, je n’en garderai pas un très bon souvenir.

Heureusement pour moi, je l’ai traversé vers 7 heures du matin, un dimanche, tous les habitants dormaient et j’étais tout seul perdu dans l’autodrome.

et il a fallu que je m’éloigne de 20 km pour retrouver une route agréable.

10 km plus loin j’ai atteint la petite ville de Mjölby qui m’a fait une très bonne impression.

L’église de Sya.

L’hotel de Ville de Mjölby.

L’église de Mjölby.

Vue sur le parc public de Mjölby.

puis le bourg de Väderstadt où se trouve une très grosse usine de fabrication de machines agricoles, assurément la plus grosse activité de ce bourg, même si on trouve des traces d’activités industrielles plus anciennes.

Matériel agricole Väderstadt.

Une entreprise à Väderstadt.

Le point-tri en apports volontaires à Väderstadt; derrière, un entrepôt en bois.

La région que j’ai traversé pendant les 60 premiers kilomètres est une riche région agricole avec des champs, surtout de blé, très étendus. On trouve aussi beaucoup de champs de fleurs bleues qui, je crois, sont de la phacélie, ce qui peut laisser penser que l’on pratique la rotation des cultures et l’utilisation d’engrais naturels plutôt que chimiques.

J’ai vu aussi quelques éoliennes, mais très peu nombreuses.

Eoliennes au milieu des champs de blé.

L’église de Stora Äby.

Puis j’ai longé un très grand lac, on dirait la mer, avant d’atteindre la ville de Gränna, très touristique.

Le lac de Vättern.
Le lac est long de 120 km et large d’environ 30 km.
Du point de vue de sa taille, c’est le deuxième lac de Suéde.

Le lac de Vättern.

Le chäteau Brahehus construit au XVIIe siècle près de Gränna, ses ruines dominent la rive est du lac Vättern.

L’église de Gränna.
Gränna, fondée en 1652, en même temps que le château Brahehus, est connue en Suède pour ses pittoresques maisons de bois.
Située à mi-chemin sur la route (autoroute aujourd’hui) la plus fréquentée de Suède, celle reliant Stockholm à la Scanie (ainsi qu’à Copenhague). Elle est pour cette raison une escale consacrée.
Gränna est un centre touristique très fréquenté en été.

Les vingts derniers kilomètres se sont fait sur une toute petite route, commençant par une forte côte (mais courte) pour monter sur le plateau.

Route super agréable, qui a longé plusieurs petits lacs avant de se transformer sur quelques kilomètres en une piste qui s’est terminé en côte, et je dors ce soir dans une auberge de jeunesse au sein d’un village typique de la montagne agricole suédoise à 275 mètres d’altitude.

Grange en bois.

Lac de Bunn.

Ce contenu a été publié dans 58. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.