61 éme jour – Helsingborg- Helsingor – Copenhague

Très belle journée aujourd’hui (commencée brièvement dans le brouillard !), mais grosse étape (125 km) pour atteindre Copenhague et visiter la ville avant de prendre l’autocar dès le lendemain pour le retour en France.

D’abord 80 km pour rejoindre Helsinborg où je prends le ferry pour traverser le détroit de l’Øresund qui sépare la Suède du Danemark (4 kilomètres).

Très agréable au départ pour atteindre la Baltique, la route est moins intéressante le long de la Baltique pour arriver à Helsingborg. On arrive par le quartier Olympia, quartier, réaménagé récemment, où se trouve le stade de football, mais aussi plein d’autres installations sportives ou autres.

Mon aperçu de la ville sera très bref puisque l’embarquement sur le ferry se fait sans interruption, et sans attente. Quand un ferry part, un autre prend immédiatement sa place et commence à se remplir.

Signalisation routière de traversée d’animaux sauvages en Suède, on trouve un panneau du même type en Finlande.

Sculpture à Helsingborg.

L’hôtel de ville d’Helsingborg (Suède, 100 000 habitants), vu du ferry pour le Danemark.

En dix minutes, on atteint Helsingor au Danemark. Je prends le temps de parcourir un peu la ville et, en particulier, je vais faire un tour du côté de la forteresse de Kronborg. Je ne visite pas l’intérieur du château, mais pénètre dans l’enceinte dont on peut faire le tour à pied.

Puis, je prends la direction de Copenhague en longeant la Baltique, route pas très intéressante, il y a une certaine circulation, mais c’est le plus court. Il y a quelques beaux aperçus, par exemple, un vieux moulin, et des plages.

L’arrivée sur le Danemark, la petite ville d’Helsingor (Elseneur, 60 000 habitants) avec à droite la forteresse de Kronborg qui est le cadre de la tragédie Hamlet de William Shakespeare.

La forteresse de Kronborg.

La forteresse de Kronborg.

Vieux moulin à 7 km au sud d’Helsingor.

L’arrivée sur Copenhague en longeant la Baltique à partir d’Helsingor.

et j’arrive à Copenhague.

La circulation vélo y est très favorisée, mais aussi beaucoup plus apaisée qu’à Stockholm. Les pistes cyclables sont uni-directionnelles. A droite de la chaussée automobile, c’est la voie cyclable dans le sens de la circulation automobile, de l’autre côté de la chaussée, c’est pour la circulation dans l’autre sens. Normal ! A Stockholm, de chaque côté de la route, il y a une piste cyclable bidirectionnelle, assez large, avec deux chaussées séparées par une ligne discontinue, mais la circulation n’y est pas « apaisée », c’est la course !

Je commence par passer à mon auberge de jeunesse pour m’installer et déposer mes bagages.

Puis je fais un tour du côté de la gare pour repérer le lieu de départ de mon autocar le lendemain matin.

Et je fais un premier parcours du centre de la ville.

Sur le site où fut fondée la brasserie Tuborg à Hellerup en banlieue nord de Copenhague.

La gare de Copenhague.

Vélos en gare de Copenhague.

Vélos en gare de Copenhague.

Intérieur de la gare de Copenhague.

L’hôtel de ville de Copenhague.

La Børsen ( L’ancienne bourse de Copenhague).

Nyhavn (canal du centre de Copenhague).
C’est l’ancien port de Copenhague.
L’écrivain danois Hans Christian Andersen y vécut pendant 18 ans

Bien fatigué pour cette excellente journée, je vais me coucher.

Un petit coup d’oeil sur mon smartphone pour vérifier mon heure de départ le lendemain,

et je me rends compte que mon billet d’autocar Flixbus a été modifié ! Et j’ai reçu un mail le matin à 9h21 m’en informant, mail auquel je n’avais pas fait attention.

Flixbus m’informe que mon autocar qui devait me conduire d’Hambourg directement à Paris-Bercy ne pourra pas me prendre. A la place Flixbus me propose de faire Hambourg-Rotterdam, puis Rotterdam-Paris-Roissy. J’ai le choix entre cette solution, ou annuler mon billet.

Je n’ai pas vraiment le choix ! Le seul os, c’est qu’au lieu d’arriver à 9h15 à Paris-Bercy, j’arrive à 14h15 à Roissy (30 km de Paris) pour prendre un train à Montparnasse à 12h43.

J’annule donc mon billet Paris-Nantes et j’ai la chance de pouvoir en réserver un, malgré la grève, pour le samedi à 6h43. Au lieu d’arriver à Nantes le vendredi à 14h50, j’arriverai le samedi à 8h50.

Pas très grave.

Il est 22h52 quand j’ai terminé ma réservation. La journée a été longue, je m’étais levé à 5h30.

Ce contenu a été publié dans 61-Copenhague, 61-Copenhague. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.