En route pour l’Espagne et le Portugal, avec quelques photos de Bordeaux

Après deux mois de pause, je reprends la route.

Je devais initialement démarrer le mardi 4 septembre, mais une grosse angine qui a atteint son pic dans la nuit du samedi 1er au 2 septembre m’a conduit à différer le voyage d’une semaine pour être sûr d’être suffisamment bien rétabli.

Mon angine était due à un virus ramené du Québec début août par ma petite fille Aziliz qui l’a transmis à sa grand-mère qui me l’a transmis et qui l’ai moi-même transmis à mon père.

Différer le voyage d’une semaine, cela veut dire, modifier mes billets de train et décaler toutes mes réservations d’hébergement (33 réservations). Très simple en apparence, mais certains établissements n’étaient plus disponibles une semaine après, et j’ai du chercher un autre hébergement.

J’ai donc quitté La Chapelle sur Erdre hier matin. 10 km à vélo pour la gare de Nantes, le train à 7h25 pour Bordeaux, espace vélo réservé dans l’intercité. Arrivée à l’heure à Bordeaux, j’aurais pu prendre une correspondance immédiate pour Narbonne. Par sécurité, en cas de retard, j’avais préféré réservé un billet dans le train suivant 4 heures après.

Cette longue pause à Bordeaux m’a permis de me balader une nouvelle fois dans cette ville où j’ai habité 4 ans de 1967 à 1971, élève au CES Montaigne, rue du Mirail, puis au lycée Montaigne boulevard Victor Hugo. Ville où j’ai eu l’occasion de repasser à plusieurs reprises.

Plaisir d’y circuler à vélo comme j’y circulais à vélo il y a … 50 ans …
et de retrouver les noms des lieux, des rues, …

Marché des Capuçins, place de la Victoire, rue Sainte Catherine, , Porte Saint Eloi, place Pey-Berland, Porte Dijeaux, rue Judaïque, Barrière Judaïque, rue Séguineau,rue Flornoy, Saint Augustin, rue du Grand Maurian, la barrière d’Ornano, le stade de Bordeaux.

Aujourd’hui ce stade s’appelle stade Jacques Chaban Delmas qui a été maire de Bordeaux de 1947 à 1995), stade aujourd’hui déserté (depuis 2015) par les Girondins de Bordeaux qui disposent aujourd’hui d’un stade neuf de 40 000 places dans le quartier du Lac. Dans ma vie, j’ai assisté à deux matchs de foot dans un stade, le premier dans ce stade, ce devait être en 1969, le deuxième en Algérie à Constantine en 2006 !

A la barrière d’Ornano, j’ai pris le boulevard jusquà la barrière de Pessac pour retrouver où habitait mon parrain et où habite aujourd’hui mon cousin (il était absent).

J’ai terminé ma visite de Bordeaux en longeant les quais, mais autant j’ai apprécié roulé à vélo dans Bordeaux, autant les quais m’ont déçus, les façades sont bien mises en valeur, mais c’est aussi une autoroute urbaine et que de bruit !

En arrivant à la gare, je me suis aperçu que j’avais perdu ma polaire et un maillot en polaire. Je ne m’explique pas comment. Probablement lors de mon arrêt dans un petit supermarché pour acheter quelques tomates. Très embêtant, car mes bagages sont calculés au plus juste. Incident réparé aujourd’hui, je me suis ré-équipé (à l’identique) pour 19 € au Decathlon de Perpignan.

Mon train a quitté Bordeaux avec une heure de retard, et c’est à 21h que j’ai débarqué à Narbonne.

Voici quelques photos de Bordeaux, très peu, j’en ai beaucoup d’autres prises lors d’un précédent passage.

La tour Saint Eloi

La tour Pey-Berland, et derrière la cathédrale.

La Cathédrale de Bordeaux, à gauche, et au fond, la mairie.

L’église Saint Augustin et la rue Flornoy

La maison de mon cousin Gérard à Talence.

Ce contenu a été publié dans 0-de Nantes à Narbonne en train. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.