14éme jour – Zhashkiv – Ouman – 78 km

Très belle étape encore aujourd’hui, toujours des routes sans circulation, un itinéraire très varié, plus accidenté, avec pas mal de pistes, de qualité variée (du meilleur au pire), mais globalement rien d’insupportable. Temps plus clair, mais pas encore vraiment le soleil. Température plus élevée aussi, mais cela n’a pas dépassé 17°, 6° ce matin.

Pas grand-chose à voir à Zhashkiv.

Maison de la culture de Zhashkiv au bord d’un grand étang.

Toute la journée je vais rencontrer des petits lacs, des grands étangs et traverser des rivières avec de fortes descentes et des montées assez raides, mais j’ai la forme après 15 jours de route et monter n’est vraiment pas un problème, les côtes ne sont pas très longues.

De nombreux lacs et étangs dans cette journée.

Champ de colza et étang, au sommet d’une longue côte montée par erreur, mais cela valait le coup, d’autant plus le trajet prévu longeait le lac, probablement par une toute petite piste.

Premier gros village traversé : Voronié.

Monument aux morts de Voronié.

Céramique dans un abribus. Il rappelle la statue emblématique « L’Ouvrier et la Kolkhozienne » que j’avais vu à Moscou l’année dernière.

L’Ouvrier et la Kolkhozienne, statue emblématique construite spécialement pour l’Exposition universelle de 1937 à Paris, près du parc VDNKH à Moscou, photographié lors de mon passage à Moscou du 13 au 18 juin 2018.

puis la route passe par Rijnia.

Stèle au bord de la route pour un jeune décédé à 24 ans – 1970-1994 – Pas de motif du décès, peu probable que ce soit pour un accident de la route, bien que les pneus puissent le faire penser, c’est une route sans aucune circulation et qui en 1994 ne devait être qu’une piste.

Monument aux morts de Rijnia, toute petite commune, scène un peu curieuse : au centre la femme avec le rameau d’olivier (la paix), mais deux part et d’autre deux colosses et à leur côté un homme dans une posture curieuse?

Monument aux morts de Rijnia, toute petite commune, scène un peu curieuse : au centre la femme avec le rameau d’olivier (la paix), mais deux part et d’autre deux colosses et à leur côté un homme dans une posture curieuse?

Monument aux morts de Rijnia, toute petite commune, scène un peu curieuse : au centre la femme avec le rameau d’olivier (la paix), mais deux part et d’autre deux colosses et à leur côté un homme dans une posture curieuse.

Plus loin la route se transforme en piste et j’arrive à Roudka.

Maison dans le village de Roudka.

13 km plus loin, j’arrive à Kriviets, et en quittant ce joli village, je retrouve la route.

En sortant de Kriviets, un banc bienvenu pour la pause casse-croûte.

Stockage de foin en attente d’utilisation.

Élevage de chevaux.

Sarclage d’un champ. Le tracteur n’a probablement pas de GPS, mais il doit casser la terre entre des rangs de plantation sans dévier de sa route. Il doit falloir beaucoup d’attention ! J’ai assisté au demi-tour du tracteur en bout de champ pour repartir dans l’autre sens.

et j’arrive à Mankivka, petite ville de 8 000 habitants que j’ai beaucoup apprécié, ville vivante avec un grand et beau parc central et des services publics !

Magasin de vélo à Mankivka.

Boris Pavlovich Bugaev – 9 juillet 1923 – 13 janvier 2007) – pilote militaire et homme politique soviétique – né dans le village de Mankivka – De 1970 à 1987, Bugaev est ministre de l’aviation civile de l’URSS. Le 5 novembre 1973, il est promu maréchal de l’aviation et le 28 octobre 1977, maréchal en chef de l’aviation – Le 9 février 1961, alors qu’il transportait Brejnev et la délégation soviétique en Guinée, au-dessus de la mer Méditerranée, près de l’Algérie, l’avion a été attaqué par un avion militaire français détourné, qui a tiré deux fois sur leur avion. Bugaev a réussi à éloigner son avion de l’avion français (il serait intéressant de connaître la version française (trouvé sur Internet : L’avion qui menait monsieur Brejnev au Maroc ayant survolé le territoire national sans plan de vol, un avion militaire français tire des coups de semonce, les russes sont furieux, la France s’excuse.).

Mairie de Mankivka.

Tour Eiffel sur un terrain de jeu à Mankivka

Terrain de jeu de Mankivka.

Monument aux morts de Mankivka.

Monument aux morts de la guerre en Afghanistan 1979-1989. Du mois de décembre 1979 à février 1989, la guerre d’Afghanistan opposa les moudjahiddins, soutenus par les États-Unis et des pays à majorité musulmane, au régime communiste afghan, soutenu par l’Union des républiques socialistes soviétiques. Ce n’était que la première phase de la guerre d’Afghanistan.

Monument à la mémoire des morts de Tchernobyl.

Théâtre et église de Mankivka.

Bibliothèque de Mankivka.

Taras Chevtchenko, héros national et symbole de l’Ukraine, déja présenté le 1er mai.

Mais en quittant Mankivka, c’est reparti pour 8 km de piste de très mauvaise qualité, et j’arrive à Stari Babani où je fais ma deuxième pause casse-crôute de la journée au bord du chemin qui mène au stade. Un cycliste avec une sacoche à la main passe. C’est Michael, le médecin du village (62 ans) qui fait la tournée de ses patients. Longue discussion en russe et fortes poignées de main.

L’accès au stade de Stari Babani, stade portant le nom « Небесна сотня » « Cent célestes » de l’hommage aux morts de la révolution « euromaïdan » en 2013-2014

Clôture et parterre à Stari Babani

Mairie et église à Stari Babani.

Entrée dans le village de Stari Babani

En quittant Stari Babani, « ma route retourne au village, peu importe jusqu’où c’était »

et j’arrive à Ouman où je suis hébergé dans une auberge de jeunesse avec un groupe d’enfants, il y a de l’ambiance !

Char à l’entrée de Ouman.

A Ouman, près de mon auberge de jeunesse, une remorque provenant de Mouzeuil Saint Martin, près de Fontenay le Comte en Vendée.

Demain l’étape sera sensiblement plus longue.

Ce contenu a été publié dans 14-Ouman, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.