Préparation du Brevet de Randonneur des Alpes dans le Jarez

Après deux semaines de repos cycliste après mon retour d’Odessa, hors trajets locaux, j’ai repris aujourd’hui le vélo, mais ce n’est pas avec le vélo de randonnée, mais avec le vélo de course acheté d’occasion en novembre 2017 pour faire des balades avec l’ACC cyclisme, club cyclotouriste de La Chapelle sur Erdre.

Je commence mon entraînement pour le Brevet de Randonneur des Alpes, épreuve cyclotouriste créée en 1936 qui avait lieu autrefois tous les 4 ans, maintenant tous les deux ans et qui en est cette année à sa cinquantième édition. Autrefois, il partait de Grenoble, puis de Vizille et à partir de cette année, de Bourg d’Oisans, ce qui fait un tour un peu plus court que les éditions précédentes, 180 km au lieu de 212 km depuis Vizille, et un peu plus depuis Grenoble, sans gommer les difficultés, mais en épargnant des kilomètres de liaison.

La date officielle du BRA est le dimanche 21 juillet, mais je prévois de le faire le vendredi 19 juillet fin de notre semaine de réservation au Freney d’Oisans, pays natal du père de Chantal. Mon BRA, si j’arrive à le faire, ne sera donc pas homologué.

Je rêve de faire le BRA depuis que j’ai lu, adolescent, le livre de Jacques Faizant, « Albina et la bicyclette », roman humoristique sur la découverte de la randonnée à vélo par une américaine, Albina, ouvrage paru en 1968, suivi en 1977 par « Albina roule en tête », deux ouvrages qui font encore partie aujourd’hui de ma bibliothèque.

Il n’est jamais trop tard pour accomplir ses rêves de jeunesse.

Ma préparation commence dans le Jarez, territoire situé à la limite des départements de la Loire et du Rhône, le bassin versant du Gier, de part et d’autre de la ligne de partage des eaux entre les bassins versants de la Loire et du Rhône. Chantal et moi y sommes en vacances pour une semaine avant de partir une deuxième semaine dans l’Oisans avec deux petits-enfants, Klervie (8 ans) et Titouan (6 ans demain).

Ce matin, petite randonnée de 43 km avec 884 mètres de dénivelé. A partir de Saint Paul en Jarez à 350 mètres d’altitude, montée au col de Pavezin (651 mètres) via la Terrasse sur Dorlay et passage à une altitude de 696 mètres (16 km en 50 minutes). Le passage du col se fait en faux plat. J’étais si rapide que j’ai passé le col sans presque m’en apercevoir. C’est la 4éme ou 5éme fois que je passe ce col, mais la première fois en été (les précédentes, c’était plutôt en février), et la première fois sur un vélo de course très léger (les précédentes, c’était avec le VTC de ma fille).

Une fois au col, c’est une très belle descente dans la vallée du Gier, via le très beau village de Sainte Croix en Jarez, puis le barrage du Couzon, Chateauneuf et Rive de Gier à 240 mètres d’altitude.

Il me faut ensuite remonter à Saint Paul. Je choisis de passer par Farnay (450 mètres) pour redescendre ensuite sur Saint Paul (350 mètres), sauf qu’il faut traverser le Dorlay ce qui me fait descendre à 315 mètres et un ultime raidillon, très très raide me permet de remonter à Saint Paul avant de redescendre la côte très abrupte au bas de laquelle habite Isabelle, côte que j’avais monté à pied en partant le matin, côte beaucoup trop raide pour la monter à froid (et même à chaud).

Tour de 44 km, départ 6h30, retour 8h30, une bonne remise en selle.

Le col de Pavezin.

Aperçu sur le Jarez

Sainte Croix en Jarez.

Sainte Croix en Jarez.

Ce contenu a été publié dans 01-Col de Pavezin. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.