14éme jour – Balade dans les dunes de Merzouga – 10 km à pied

Aujourd’hui journée de repos après 6 jours de route de Fès à Merzouga.

de Tanger à Merzouga

Simple balade dans les dunes du Sahara.

Sans rien avoir vraiment prémédité, en sortant du riad où je suis hébergé, je me dirige vers le désert.

Le jardin du riad ce matin.

Le jardin du riad ce matin.

Au loin, j’aperçois une très grande dune, la plus haute du coin.

Je me dirige vers elle, croisant des caravanes revenant d’une nuit passée dans le désert, ou apercevant des files de 4×4 ou de quads.

Vue vers Merzouga en m’éloignant.

Puits

Grande dune dans le désert

Caravane (de touristes) dans le désert, revenant d’une nuit passée dans le désert (attraction favorite).

Selfie dans le désert.

Caravane dans le désert.

Arbuste dans le désert

Finalement j’arrive au pied de cette grande dune, avec de part et d’autre deux petites oasis, dont l’une est habitée.

Une heure à pied pour atteindre la dune, une demi-heure de montée un peu dure le long de l’arête la moins pentue.

Au retour je découvre que j’ai grimpé sur l’erg Chebbi, plus connu sous le nom de dunes de Merzouga. C’est l’un des deux grands ergs du Sahara au Maroc (l’autre étant l’erg Chigaga, près de M’Hamid El Ghizlane). Les spectaculaires dunes dorées de l’erg Chebbi figurent parmi les plus remarquables du Sahara. Certaines culminent à 150 m de hauteur. Elles s’étirent à perte de vue entre la célèbre vallée du Ziz et la frontière algérienne.

Du sommet de l’erg Chebbi, j’ai une vue à 360°, et je me rencontre que cet erg est en fait une île de sable et j’aperçois tout autour un désert plutôt plat (ou des palmeraies, à distance difficile de savoir) et des massifs montagneux autour.

D’après le GPS de mon smartphone, je suis à l’altitude de 894 mètres alors que je suis parti de 698 mètres, donc presque 200 mètres de dénivelé. Je suis à 18 km de la frontière algérienne qui est à l’altitude de 754 mètres. Elle ne semble pas difficile à atteindre !

L’erg Chebbi

Oasis dans le désert.

Une autre oasis dans le désert.

Sommet de l’erg Chebbi

En montant vers le sommet de l’erg Chebbi.

Vue vers l’Algérie du sommet de l’erg Chebbi.

Vue du sommet, deux 4×4 (autre activité favorite, et il y a aussi les quads) dont l’un a bien du mal, et de toute façon incapable de monter au sommet, la pente est beaucoup trop raide. Le sommet n’est accessible qu’à pied, peut-être en dromadaire, mais au sommet, les traces étaient très rares, et aucune de dromadaire (pas de crottes).

N’ayant pas prévu cette escapade, je suis parti sans eau. On pourrait dire que ce n’est pas très prudent, mais il fait beau et il n’y a aucun problème d’orientation, j’ai toujours une vue vers Merzouga. Pas de risque de me perdre. Et je supporte bien la soif.

Ceci dit, je ne suis pas mécontent de trouver ce puits en arrivant sur Merzouga. Je n’ai pas besoin de tirer l’eau du puits (j’aurai pu le faire, tout y était), l’eau a déjà été tirée et est conservée dans une vasque en terre. Je n’ai qu’à ouvrir le robinet et à remplir le gobelet en plastique mis à disposition (gobelet que l’on retrouve, en général, à toutes les fontaines publiques. Le plaisir de boire une eau bien fraîche !

Un puits bien venu au retour après 10 kilomètres de marche dans le désert sans eau.

Retour sur Merzouga.

Dromadaires prêts pour une balade.

Vue sur la rue à partir du restaurant du jour.

Cette porte symbolise probablement la porte du Sahara.

La rue principale commerçante de Merzouga.

La mosquée de Merzouga. et deux petites filles rentrant doucement de l’école.

Vue extérieure du riad où je suis hébergé.

Demain, grosse étape.

Ce contenu a été publié dans 14-Merzouga, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.