38éme jour – Laayoune – Foum El Oued – El Marsa – 50 km

Encore une très bonne journée.

J’écris d’un café de la gare routière fournissant le wifi en attendant mon autocar pour Agadir à 21h.

Ce matin, en prenant mon petit-déjeuner, j’ai vu passer de jeunes coureurs. C’était le semi-marathon international de Laayoune sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, grande fête populaire devant le Palais des Congrès de Laayoune.

Jeunes coureurs vus pendant mon petit-déjeuner.

La grande place devant le Palais des Congrès.

L’arrivée de coureuses.

Zoomez sur la tribune d’honneur du semi-marathon. Une seule femme !

Spectateurs du semi-marathon. Organisation « Running Morocco »

Ensuite, je suis parti découvrir la plage de Laayoune à Foum El Oued.

Fontaine en quittant Laayoune en direction de Foum El Oued, mais c’est aussi la route vers le sud, Mauritanie, Sénégal, …

Vue sur la vallée de l’oued Sakia El Hamra

Recyclage d’une remorque qui est probablement passée en Bretagne.

Paysage en bord de route.

La route de Foum El Oued, la Nationale 1 !

Dé-ensablement.

Petit parc éolien.

En route j’ai rencontré encore un marocain extraordinaire, il roule sur un vélo couché de sa propre conception et fabrication. Il est originaire d’El Marsa.

Otmane et son vélo couché.

Le vélo couché d’Otmane.

Otmane et moi.

J’avais l’intention de me baigner à la mer, mais j’ai raté l’occasion. A Foum El Oued, j’aurai pu, mais j’ai voulu réserver le bain pour la fin de la balade à El Marsa.

Mais El Marsa que l’on rejoint de Foum El Oued en longeant la côte, est une ville plus importante que je croyais ville balnéaire, mais en fait c’est le port de Laayoune et dès que l’on quitte Foum El Oued en longeant la côte, on a des panneaux « côte dangereuse, baignade interdite » et à El Marsa, il n’y a pas de plage.

Administration de la ville de Foum El Oued.

Habitat marocain.

La maison est trop petite ? Il suffit d’ajouter une tente !

Plage de Foum El Oued.

Gros travaux d’aménagement du remblai de Foum El Oued.

Surveillance de la côte.

L’épave du « Que Sera Sera ». C’ est, ou était, un bateau de pêche islandais. Son équipage péchait des sardines pendant 14 mois au large des côtes de Laayoune, et les exportait. Que Sera Sera n’était pas comme les autres bateaux, en deux ou trois mois, il a dépassé tous ses concurrents, cassant les prix, et se retrouvant seul sur place. Il faisait travailler des centaines de personnes à Laayoune, l’entreprise du nom de Fleur de Mer avait un réel impact sur la ville, des ouvriers payés à 80 dhs de l’heure, c’était du jamais vu. Tout le monde était content, jusqu’au jour où, l’équipage disparaît, laissant le navire échoué sur le sable. Pourquoi ?« Ils utilisaient les sardines pour blanchir l’argent de la cocaïne et … personne ne s’est jamais douté de rien »

La plage à côté du Que Sera Sera.

El Marsa. Dimanche, c’est jour de lessive.

L’Institut de Technologie des Pêches Maritimes.

L’entrée à El Marsa. (Je ne suis pas entré par là, mais sorti par là).

Le retour s’est fait sur 9 km avec un fort vent de face.

Après un déjeuner au centre ville de Laayoune, j’ai terminé par une dernière balade en passant en particulier par le très beau marché au poisson, très, très calme un dimanche après-midi en fin de journée.

L’oued Sakia El Hamra au niveau de Laayoune.

L’oued Sakia El Hamra au niveau de Laayoune.

Un boulevard de Laayoune.

Pourquoi ?

Le Marché au Poisson.

Le Marché au Poisson.

Le Marché au Poisson.

Laayoune est une grande ville (220 000 habitants) avec de grands et beaux boulevards, neufs ou en cours d’aménagement, mais l’inconvénient, c’est que tout est très dispersé ce qui fait un manque d’unité globale. Tout est loin de tout, et je parle de kilomètres. C’est un peu dommage. Et les déplacements à bicyclette, contrairement à beaucoup d’autres villes marocaines, sont peu développés.

La gare routière de Laayoune.

Ce contenu a été publié dans 38-Laayoune, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.