39éme jour – Agadir

Pas beaucoup de vélo aujourd’hui, mais il m’a servi pour me déplacer de la gare à la plage, parcourir la longue plage et me rendre ensuite à mon hébergement.

Après 12 heures de voyage, à l’arrivée de l’autocar à la gare routière d’Agadir ce matin, j’ai commencé par acheter mon billet pour demain, le trajet d’Agadir à Rabat.

Puis je suis allé découvrir la plage et je me suis baigné.

Mon vélo, très à l’aise (chargé dans les premiers bagages, bien sûr, au départ de l’autocar la soute était pleine), dans la soute de l’autocar Supratours de Laayoune à Agadir. Prix du billet pour 650 kilomètres : 250 dirhams auxquels s’ajoutent les frais d’enregistrement des bagages, 30 minutes avant le départ : 50 dirhams pour le vélo +5 dirhams par autres bagages en soute (2 sacoches et un sac à dos = 15 dirhams).

La plage d’Agadir. La colline est le site de l’ancienne Casbah. De la fière forteresse, il ne reste plus, après le séisme du 29 février 1960, que la longue muraille restaurée qui entoure un terrain inconstructible

La plage d’Agadir, vue sur la marina (le port de plaisance).

5 kilomètres de très large promenade le long de la plage d’Agadir, très loin du boulevard des voitures (invisibles et inaudibles).

Le phare des ports d’Agadir (plaisance et pêche).

La plage d’Agadir.

La plage d’Agadir, extrémité sud.

La plage d’Agadir vue de l’extrémité sud de la promenade.

Agadir est une ville berbérophone dans le sud-ouest marocain, située sur la côte atlantique, dans la région du Sus, à 508 km au sud de Casablanca, à 173 km d’Essaouira et à 235 km à l’ouest de Marrakech. Agadir est le chef-lieu de la région administrative Souss-Massa et de la préfecture d’Agadir Ida-U-Tanan.

D’après le recensement de 2014, Agadir comptait cette année-là 421 844 habitants, et la population de la préfecture d’Agadir Ida-Outanane était de 600 599 habitants. Deux langues sont parlées par la population locale de la ville : le berbère-tachelhit et le darija.

Ravagée par un tremblement de terre en 1960, la ville a été entièrement reconstruite selon les normes parasismiques obligatoires. C’est désormais la plus grande station balnéaire du Maroc au climat exceptionnellement doux tout au long de l’année. Depuis 2010, bien desservie par les vols low cost (« bas prix ») et l’autoroute jusqu’à Tanger, la ville attire de tous horizons et connaît une croissance annuelle de plus de 6 % par an en demande de logements.

C’était une étape quasi-obligatoire pour mon retour vers Tanger. Je ne regrette pas d’y rester qu’une seule nuit, nécessaire pour récupérer de la nuit précédente.

Demain matin, je dois être à la gare routière à 8h pour enregistrer mes bagages, départ à 8h30. Arrivée prévue à Rabat à 17h, 550 kilomètres via Marrakech, le bus y fait une halte, mais j’ai fait le choix de ne pas en faire une étape supplémentaire.

Ce contenu a été publié dans 39-Agadir, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.