24éme jour – Sanok – Svidník – 89 km

Départ à 6h.

Pour la première fois, je mets mon cuissard court, hier j’ai eu trop chaud avec le long.

Je suis déçu par la traversée de Sanok, zone commerciale (route de Vannes à Nantes), mais c’est juste après le départ et je n’ai pas envie d’aller voir s’il y a un joli centre-ville.

et route avec pas mal de circulation au delà de Zanok.

A partir de Rymanów, une petite route de montagne beaucoup plus agréable,

un premier petit col, puis un deuxième qui marque la frontière avec la République Slovaque.

En approchant de Sanok

Église de Rymanów

Canal à Rymanów

Usine d’embouteillage d’eau minérale depuis 1876. Elle s’appelle Celestinka, elle ne semble pas avoir de rapport avec l’eau Vichy Célestins.

Chapelle en bois

Grotte de la Vierge, derrière la chapelle en bois, surveillé par un petit chat.

Calvaire au sommet d’un petit col.

Campagne des Européennes en Pologne. Il semblerait qu’il n’y ait qu’un seul bulletin de vote sur lequel le votant doit cocher la case de son choix. Ici, pour voter pour le PIS, Droit et justice, parti d’idéologie conservatrice et eurosceptique, il faut cocher la case 2. Je n’ai pas vu de panneaux électoraux, mais chacun sur sa propriété semble pouvoir mettre l’affichage qu’il veut. A la campagne, on ne voit pratiquement que ce candidat !

Entrée en République Slovaque

Monument en Slovaquie, juste à la frontière.

Char en Slovaquie

Eglise en bois

Cimetière militaire allemand en Slovaquie

Eglise de Svidník (Slovaquie)

Publié dans 04-Slovaquie, 24-Svidník | Marqué avec | Laisser un commentaire

23éme jour – Sudovaya Vishnya – Sanok – 102 km

Depart à 6h. Objectif de la journée, rentrée dans l’Union Européenne.

D’abord 30 km pour atteindre la frontière, avec la traversée de la ville de Mostiska.

Chapelle sur la route vers la frontière.

La ville de Mostiska, dernière ville ukrainienne avant la frontière polonaise.

Eglise et monument aux morts de Mostiska,

Le passage des vélos à la frontière se fait en même temps que celui des piétons,à la différence de mon passage de la frontière à l’aller, un peu plus au nord, du côté de Chelm, où le passage des piétons et des vélos n’était pas autorisé.

Mon passage de la frontière a bien sûr était beaucoup plus long que la normale, mais en moins d’une heure, c’était réglé.

Côté Ukrainien, il fallait mettre un tampon sur mon laissez-passer de sortie. Après moult coup de téléphone, j’ai eu mon coup de tampon; sans aucune difficulté.

Côté Pologne, il m’a d’abord fallu attendre un peu parce qu’il y avait du monde et le passage se fait au compte-gouttes. En fait, les vélos ne peuvent pas passer par le sas piéton qui est un tourniquet métallique de 2 m de haut, il faut passer par l’entrée handicapé. Du coup, j’ai court-circuité une bonne partie de la file d’attente qui m’a peut-être maudit après parce que j’ai monopolisé un douanier pendant assez longtemps. Coup de téléphone, recherche de ma sortie de l’UE fin avril, … mais tout s’est bien passé avec le sourire. On m’a même invité à m’asseoir pendant que l’on vérifiait mon laisser-passer.

Stockage de camions le dimanche avant d’entrer dans l’UE où la circulation des poids lourds est interdite le dimanche.

Entrée dans l’Union Européenne après le passage de la frontière.

Après le passage de la frontière, j’ai vu un panneau m’annonçant que j’entrais dans l’UE, mais rien pour la Pologne. Pas de commerce, pas de bureau de change. Il m’a fallu faire 15 km et arriver à Przemysl pour trouver des commerces. Mais bureau de change et commerce étaient fermés. On était dimanche !

J’avais changé mes Hryvnias en euros avant de quitter l’Ukraine et je pensai trouver un dernier magasin ukrainien avant la frontière, mais il était fermé et il y avait pas mal de monde à faire la queue et je n’ai pas voulu traîner pour passer la frontière.

Je n’avais qu’une nuit à passer en Pologne sans avoir besoin de Zlotys (paiement de mon hébergement par carte bancaire), et suffisament de nourriture pour la journée et celle du lendemain.

A Przemysl, jolie ville, j’ai pique-niqué sur la place et bavardé avec une vieille bonne soeur qui parlait très bien français, ancienne infirmière ayant travaillé en Suisse à Sion dans le Valais, puis à Rome.

Przemysl, première ville de Pologne après la frontière ukrainienne.

Przemysl

Przemysl

Jalonnement Saint Jacques sur la place de Przemysl- 4031 km – clin d’oeil à mes lecteurs pélerins

Ma journée se termine par le passage de 2 petits cols (environ 500 m), mais raides.

Ce soir là, je dors, un peu avant Sanok, dans un petit gîte de plain-pied avec une grande table dehors où j’ai pu continué la préparation de mon retour. Gîte simple, mais le plaisir du camping.

Grosse averse au passage du col avant de redescendre vers Sanok.

Publié dans 23-Sanok | Marqué avec | Laisser un commentaire

22éme jour – Lviv – Sudovaya Vishnya – 51 km

Arrivée à 6h du matin à Lviv après une bonne nuit. A noter, deux nuits sans aide respiratoire ne m’empêche pas d’être en pleine forme.

1h15 de remontage du vélo, et je pars découvrir Lviv dont Wikipédia dit que c’est « une des plus belles villes d’Ukraine et la seule du pays à être inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. »

Mais les rues sont pavées (et des vieux pavés, les pires à vélo), les trottoirs étroits, et même à 7-8 heures le matin un samedi, il y a du monde et il est difficile de rouler sur le trottoir avec un vélo chargé et des marches pour monter et descendre des trottoirs, si bien que je me contenterai d’un petit tour dans le secteur de la gare.

La gare de Lviv

Église à Lviv

Monument à la mémoire de Stepan Andreyevich Bandera 1909-1959, homme politique ukrainien, dirigeant et organisateur du mouvement nationaliste ukrainien en Ukraine occidentale, mort assassiné par le KGB. Héros à l’ouest de l’Ukraine, plus controversé au sud.

et je prends la route direction la Pologne.

Première pause et courses à Gorodok.

Église de Gorodok

Zinoby Bogdan Khmelnytsky Mikhailovich 1595-1657, militaire, politique, cosaque zaporogue, leader du soulèvement des Cosaques en 1848, à la suite duquel le Zaporizhian Sich, la rive gauche du Dniepr, ainsi que Kiev, s’est finalement retiré du Commonwealth polonais-lituanien et est devenu une partie de l’État russe.

Monument à Sainte Marie à Gorodok

Sculpture ouef de Pâques à Gorodok

Église de Gorodok

L’arbre aux œufs de Pâques à Gorodok

Un œuf de Pâques (décoration manuelle)

Œuf de Pâques devant la zone commerciale de Gorodok

puis je passe à Mostikie, avant d’arriver à Sudovaya Vishnya que je prends le temps de parcourir avant de me rendre dans mon hôtel. Cette région à l’ouest de l’Ukraine paraît moins riche que Kiev ou Odessa. Sur la place centrale de Sudovaya Vishnya, des femmes vendent leur petite production, par exemple, 2-3 litres de lait, quelques légumes, …

Entrée dans la ville de Mostickie

Rue centrale de Sudovaya Vishnya

Église de Sudovaya Vishnya

Moskvitch 1500 SL, produit en Russie entre 1976 et 1988.

Monument aux morts à la mémoire des morts de l’Euromaïdan.

C’était mon dernier jour en Ukraine, fin d’un séjour de 18 jours. J’ai beaucoup aimé voyagé en Ukraine. J’y suis très à l’aise, j’arrive parfaitement à me faire comprendre et à comprendre ce que l’on me dit. Les contacts avec la population sont très faciles. Il y a beaucoup moins de circulation automobile, les routes sont beaucoup plus larges, les autos roulent beaucoup moins vite.

Publié dans 22-Sudovaya Vishnya | Marqué avec | Laisser un commentaire

21éme jour – Kiev – Lviv – en train

Vendredi à 14h, j’ai pu récupéré, comme prévu, mon laisser-passer provisoire à l’ambassade de France à Kiev, puis je me suis rendu dans l’auberge où j’avais réservé pour la nuit.

J’ai pris une douche et j’ai commencé par regarder quel était le premier train pour Lviv à l’ouest de l’Ukraine afin de retrouver au plus vite l’UE où je pourrai circuler librement sans papier. Il y avait un train le soir même, et j’ai donc immédiatement réservé une place dans ce train de nuit. J’ai « perdu » ma nuit d’auberge (5 €), mais j’avais quand même profité d’une bonne douche et d’un temps de repos puis que j’ai du rester 5 heures à l’auberge en attendant mon train du soir.

Voyager en train en Ukraine, c’est génial ! La plupart des trains sont des trains de nuit. Vous partez le soir, vous dormez en couchette et vous arrivez à destination frais et dispo le lendemain matin. Le vélo complique un peu les choses puisqu’il faut démonter son vélo et le mettre dans une housse pour pouvoir l’emmener (30 mn de démontage, 1h15 de remontage). Cette année, cela fait la 3éme fois, je commence à être bien rodé, mais les durées restent les mêmes. La réservation se fait par internet. Sur l’écran s’affiche tous les wagons du train avec le numéro du wagon, le nombre de places restant disponible dans chaque wagon. En économique, il y a 4 places par compartiment, 2 en luxe (prix double). Je voyage bien sûr en économique. Pour chaque compartiment, on voit les numéros des places et leur disponibilité. Les places impairs sont les places du bas, les places paires sont les places du haut. Il vaut mieux prendre une place impaire quand on a un vélo. On le range le long de sa couchette (et cela n’empêche pas de quitter sa couchette). Il se glisse sous la tablette du compartiment, il ne gêne pas l’autre couchette du bas et n’empêche pas les utilisateurs de couchette du haut de monter sur leur couchette. Génial ! Et tout ça pour environ 20 euros !

La gare d’arrivée à Kiev.

La gare de départ de Kiev

Publié dans 21-Lviv | Marqué avec | Laisser un commentaire

20éme jour – Kurortné – Odessa – train pour Kiev

Ce matin, Andrei m’a emmené avec sa camionnette et mon vélo à Odessa (90 km) où j’ai fait ma déclaration de perte rapidement et sans problème.

Dans la nuit, j’avais envoyé un mail à l’ambassade de France à Kiev. J’avais la réponse ce matin. J’ai rendez vous demain vendredi à 14h pour recevoir des papiers provisoires pour rentrer en France (en UE?). J’ai pu leur envoyer une copie électronique de mon passeport (stocké sur mon smartphone) et j’avais également dans ma sacoche, avec la carte visa de secours, une photo d’identité (tout était prévu ! ….).

Ce soir jeudi, je prends le train de nuit pour Kiev, vélo démonté (c’est fait).

Cet après-midi, j’ai racheté un bon antivol ABUS (force 9) chez un marchand de cycles, et au marché aux puces : un canif (150 Uah), une cuiller (15), un ouvre-boîte (20) et un stylo (5), soit 190 Uah (soit 6 euros).

J’ai passé le reste du temps à l’alliance française à bouquiner un Le Clézio, bien confortablement installé et en rechargeant mon smartphone.

Le moral reste bon !!

Le reçu de déclaration de perte de passeport au commissariat central d’Odessa

Gare d’Odessa en attente de l’embarquement. Je porte tout : le sac rouge sur le dos(plus de 10 kg), le vélo sur l’épaule droite (17 kg), les deux sacoches (11 kilos) dans la main gauche

Le quai de la gare d’Odessa

Publié dans 20-Odessa | Marqué avec , | Laisser un commentaire

19éme jour – Odessa – Kurortné – 93 km

Avant de quitter Odessa, ce 19éme jour en Ukraine, jour où je perdis mes papiers, je commençais par aller faire une photo d’une statue que j’avais négligé hier (il y en a tellement !), mais qui honore la mémoire d’un Français qui fut gouverneur d’Odessa, le Duc de Richelieu, pas le cardinal, mais un de ses descendants, avant d’être Président du Conseil des Ministres de la France.

Place d’Odessa

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot du Plessis, duc de Richelieu, officier, diplomate et homme politique franco-russe, 1766-1822.
Il est le deuxième président du Conseil des ministres en titre de l’histoire de France (de 1815 à 1818). Il succède à Talleyrand.
En 1803, le tsar Alexandre Ier, qui succède à Paul Ier, le nomme gouverneur de la ville d’Odessa et de la Nouvelle Russie, région qui englobait tout le Sud de la Russie et qu’il fallait coloniser et peupler, poste qu’il conserve jusqu’en 1814.

Immeuble à Odessa

puis je prends la route, et je trouve un « шиномонтаж », un monteur de pneus pour faire regonfler mes pneus (vérification une fois par semaine environ)

Je fais ma première pause à Velikodolinskie, petite ville très agréable avec un jardin public.

Monument aux morts en quittant Odessa

Traversée de rivière entre Odessa et Velikodolinskie

L’entrée du marché de Velikodolinskie

Chien bien dressé, il m’a regardé pendant tout mon casse-croûte sans m’embêter, et son maître n’était pas présent.

Église de Velikodolinskie

Je reprends ma route qui se rapproche de la Mer Noire.

Maison du village de Baraboe

Troupeau de vaches avec 4 bergers.

Bonne route

Transformateur électrique

Monument aux morts de Dalnik

A côté du monument aux morts de Dalnik

Église de Dalnik

A côté de l’église de Dalnik

Passerelle piéton

Plus je me rapproche de la mer, puis l’urbanisme devient laid.

Mais la mer est belle ! et par endroit, la côte est encore sauvage.

Arrivée sur la station balnéaire de Gribivka. Le monument d’accueil est terni par une dizaine de grands panneaux publicitaires tout autour du monument.

Lotissement de vacances caricatural et absurde. Les logements sont entassés les uns sur les autres, le secteur n’a rien de très joli, et la route, qui doit être très fréquentée l’été, passe au raz.

La Mer Noire

Un itinéraire plus sécurisé avec des ralentisseurs (partout en Ukraine, il y a des « gendarmes couchés ». Très efficace pour la vitesse des voitures, pas très agréable à vélo.

Il y a du y avoir une bulle immobilière, il y a de très nombreuses années et l’immeuble n’a jamais été terminé. Il y en pas mal comme ça dans le coin. Mais l’immobilier a bien repris depuis avec de belles réalisations.

Puis je traverse le Liman du Dniestr à l’endroit où le Dniestr se jette dans la mer, traversée sur un magnifique pont, mais c’est un objectif stratégique surveillé par les militaires, et il est interdit de le photographier.

Un peu plus loin, je trouve un joli coin pour faire ma deuxième pause.

Malheureusement, je repars probablement en ayant laissé ma pochette de papiers sur mon porte-bagage arrière. Sa place est dans le sac avant, mais pour ranger ce sac, j’ai du poser ma pochette à l’arrière et oublier de la remettre. Cela fait 46 ans que j’utilise cette pratique (toujours). Je vais changer de pratique pour tirer la leçon de cette mauvaise expérience. Maintenant, mon passeport sera dans la sacoche que je porte en bandoulière, sacoche qui contient le smartphone qui me sert de téléphone. Je voulais éviter d’encombrer et d’alourdir cette sacoche, mais visiblement, c’était une erreur.

La sacoche qui contenait mon passeport, ma carte bleue et mon argent a donc du tomber du vélo après quelques centaines de mètres, ou plus tôt, ou plus tard. Mais je ne m’en apercevrais que 40 km plus loin et ce n’est que 4 ou 5 heures plus tard qu’un Ukrainien aura la gentillesse de me ramener sur les lieux. Malheureusement nous n’avons rien trouvé et un contact avec la police locale nous a indiqué que la pochette n’avait pas été retrouvé et ramené à la police dans l’après-midi.

Après le pique-nique, je traverse le bourg de Dakota, je suis sur du goudron depuis Odessa, mais les 10 derniers kilomètres se font par une piste en bord de mer, avec une très belle vue, dans un environnement totalement non urbanisé. Magnifique côte !

Ponton désaffecté au bord du Dniestr. C’est là que j’ai pique-niqué et perdu mes papiers.

Le pont sur le Dniestr à Zatoka, c’est là que le liman du Dniestr se jette dans la Mer Noire.

La côte à Kurotné. Ici, au bord d’une falaise, mais on a l’impression qu’en cas de forte tempête sur la Mer Noire, la presqu’île au fond pourrait être immergée.

En arrivant à Kurortné, je cherche mon hôtel, mais aux coordonnées GPS fourni par booking.com, l’hôtel n’existe pas. Je vais au petit magasin qui se trouve non loin de là. Je gare mon vélo et c’est laà au moment de vouloir sortir ma pochette de mon sac avant que je constate qu’elle n’y est plus ! Un peu de panique ! Je me dis qu’il vaut mieux que je commence par trouver mon hôtel avant de trouver une solution pour mes papiers.

Avec ma réservation booking, outre les coordonnées GPS, j’ai aussi l’adresse postale de l’hôtel. Je demande donc dans la boutique où se trouve « Золотая Рыбка », « Poisson Rouge ». Ils ne savent pas, mais ils m’indiquent la rue concernée. C’est pas très loin. Je vais voir, je demande sur place, je trouve un lieu en travaux qui doit accueillir des touristes l’été. J’interroge un ouvrier, non, il ne connaît pas. Il téléphone au numéro donné par booking.com, et à mon avis, on lui répond que l’hôtel est fermé.

Donc plus de passeport, pas d’hôtel. Jour de chance !

Je retourne dans la boutique, j’explique mes problèmes. Je demande si quelqu’un pourrait me ramener à Zatoka sur les lieux de la perte du passeport. Ils sont plusieurs à essayer de trouver quelqu’un qui aurait une voiture. Au bout d’un certain temps, ils trouvent Sacha qui m’emmène dans sa Lada. Malheureusement nous ne trouvons rien. Au retour, je lui explique que je n’ai pas d’hôtel non plus. Il m’emmène chez Andrei qui me loge et m’emmènera le lendemain à Odessa avec sa camionnette pour faire la déclaration de perte du passeport à la Police, la police locale n’étant pas habilité à le faire.

Ma nuit est courte, car il faut que je réfléchisse à la manière de rebondir.

Publié dans 19-Kurortné | Marqué avec | Laisser un commentaire

Entrée en République Slovaque

Je prépare la rédaction de mes articles en retard.
Je suis entré hier en Pologne où j’ai dormi et suis entré ce matin en République Slovaque où je dors ce soir.
J’espère reprendre une parution normale de mes articles demain, ou plus probablement après-demain. Tout va bien, j’avance vers la France à 2000 km !

Publié dans 24-Svidník | Laisser un commentaire