53éme jour – Mérinchal – Bersac sur Rivallier – 106 km

Beau temps chaud, mais soleil voilé toute la matinée, si bien que la chaleur ne s’est fait sentir qu’en début d’après-midi et j’étais presque arrivé.

Étape assez longue, mais surtout tout en montées et descentes.

Départ 6h du matin après un bon café chaud pris au gîte.

Petites routes toute la journée, sauf entre Aubusson et Pontarion, 28 km de route plus importante, mais circulation faible. L’inconvénient des routes plus importantes, c’est qu’elles sont rectifiées pour que les voitures puissent aller vite, elles sont donc larges, les virages sont supprimées et les pourcentages des côtes plus forts, et elles sont beaucoup plus monotones.

Donc, belle petite route au départ.

Ferme en quittant Mérinchal

Église de Basville.

Crocq

mais à Saint Pardoux d’Amet, mon routeur me fait prendre un « raccourci », sauf que celui-ci se transforme en chemin qui descend, puis remonte, et je pose pied à terre. Mais je rejoins très vite la route goudronnée.

Vaches au hameau de Pardanaud, voir passer un cycliste à pied est une grande distraction.

Le hameau de Pardanaud.

Néoux

Saint Pardoux Neuf

En arrivant près d’Aubusson, je tombe sur une déviation. Comme d’habitude, je n’en tiens pas compte, en général la continuité piétonne est maintenue, et les vélos passent.

Sauf que là, c’est un très gros chantier, genre autoroute et la route est vraiment coupée. Je me débrouille.

C’est le chantier de contournement d’Aubusson par la D941. Effectivement Aubusson est encaissée, et autant éviter le trafic de transit. Sauf que, le trafic de transit ce matin à 8h30 est extrêmement faible, mais, par contre, le trafic local est très élevé dans le centre-ville où ne passe pas la D941. La déviation ne résoudra pas le problème de la circulation et de la pollution dans Aubusson. Le trafic de transit est peut-être plus élevé pendant les vacances.

Au fond, chantier de contournement d’Aubusson par la D941, les riverains du secteur doivent apprécier.

Le château d’Aubusson.

Aubusson.

Aubusson.

Je pique-nique une première fois en sortant d’Aubusson.

A Pontarion, après 28 km de D941, je trouve un petit Vival pour faire mes courses de la journée. A Aubusson, il était un peu tôt, et ensuite c’est le seul bourg où je verrai un magasin d’alimentation. J’y achète un gâteau de pommes de terre fait maison.

Je m’arrête pour pique-niquer un peu plus loin et déguster la moitié de ce gâteau. Je le terminerai en arrivant à l’étape.

Il me reste 40 km à faire sur des petites routes passant par les petits villages de Saint Dizier-Leyrenne, Arrenes et Laurière.

Je suis sur la commune de Bersac sur Rivallier, mais ne passerai au centre du bourg que demain matin en partant.

Paysage.

Saint Dizier-Leyrenne.

Église d’Arrenes.

Calvaire devant l’église d’Arrenes.

Intérieur de l’église d’Arrenes.

Intérieur de l’église d’Arrenes.

Je quitte la Creuse pour entrer dans la Haute Vienne.

La Mairie de Laurière.

L’église de Laurière.

Dans l’église de Laurière, statue en bois peint de Saint Michel terrassant le dragon.

J’arrive peu après 14 heures dans mon gîte d’étape tenue par une charmante arrière grand-mère de 90 ans.

Le gîte est très bien, mais je n’ai aucun réseau ! Ce message partira demain soir … peut-être …

Ce soir, je suis au nord de Limoges dans une région très encaissée, demain je suis au sud de Poitiers, les ondes devraient mieux passer.

Une après-midi et une soirée sans internet … dur ! J’exagère, cela fait plus de repos pour les étapes à venir.

Publié dans 53-Bersac sur Rivallier | Laisser un commentaire

Itinéraire de Varsovie à Mérinchal

Itinéraire de Varsovie à Mérinchal

Publié dans Z-Non classé | Laisser un commentaire

51éme jour – Boën sur Lignon – Lempdes – 90 km

Très bonne journée aujourd’hui sous le soleil, sans température excessive.

Départ 6h15. De la brume flotte dans l’air, mais le ciel est tout bleu.

Très belle montée à partir de l’Hôpital de Rochefort en suivant la voie romaine, très raide, je pose pied à terre à plusieurs endroits, mais voie très intelligemment faite, on ne monte pas pour redescendre.

A Rochefort, le château est à moitié dans la brume.

Belle descente sur Saint Didier de de Rochefort, et suivant mon routeur, je reprends une petite route et tombe sur un très joli hameau bien équipé avec une aire de pique-nique … mais … c’est un cul-de-sac : 3 chemins de terre … en montagne … j’ai préféré aller reprendre la grande route (sans circulation un dimanche matin) pour rejoindre Noirétable, plutôt que le raccourci conseillé par Brouter

L’église de Boën sur Lignon, à l’heure du départ.

Le château de Boën sur Lignon, siège du syndicat vinicole.

Le château de Couzan dont je me suis approché par erreur, le regard fixé sur le château, oubliant une bifurcation (demi-tour).

L’Hopital sous Rochefort.

L’Hopital sous Rochefort.

Rochefort

Saint Didier sur Rochefort

Saint Didier sur Rochefort

Joli espace public où j’ai pique-niqué sur une table.

La route pour Noirétable passe par Saint Julien la Vêtre.

A Noirétable, je prends une petite route qui va bien monter jusqu’à Volorre-Montagne où on arrive en descente,

et la descente continue, très belle et très encaissée jusqu’à Aubusson d’Auvergne où il y a un grand lac.

Saint Julien la Vêtre

Volorre-Montagne

La descente vers Aubusson d’Auvergne

Je fais ma deuxième pause pique-nique à Courpière, important carrefour routier …

et je remonte vers Sermentizon et sa très jolie église restaurée par la Fondation du Patrimoine en 2012, toujours sur une petite route.

Élevage de chèvres.

Grange typique à Sermentizon. Les murs de clôture sont faits avec le même appareillage, un mortier assez dur.

Entrée du cimetière de Sermentizon.

L’église de Sermentizon.

L’église de Sermentizon.

L’église de Sermentizon.

Puis c’est le passage à Ravel.

Sur la commune, on trouve un château, ancienne forteresse royale du XIIe siècle, réaménagé sans destruction au XVIIIe siècle, au jardin dessiné par André Le Nôtre, il a été l’hôte du tournage du film Les Choristes, l’été 2003.

Mais il est perché dans les hautes de la commune, et je n’ai pas eu le courage d’y monter.

Ravel

Par contre, un peu plus loin, à Moissat, je prends le temps de découvrir son église Saint Pierre aux Liens du 12éme siècle.

L’église Saint Pierre aux Liens, 12éme siècle à Moissat.

L’église Saint Pierre aux Liens, 12éme siècle à Moissat.

L’église Saint Pierre aux Liens, 12éme siècle à Moissat.

L’église Saint Pierre aux Liens, 12éme siècle à Moissat.

Saint Eutrope (curieux saint, s’il s’agit bien de Eutrope de Saintes), dans l’église Saint Pierre aux Liens, 12éme siècle à Moissat.

Dans l’église Saint Pierre aux Liens.

Dans l’église Saint Pierre aux Liens.

Sous vitrine, des bustes en bois peints, dans l’église Saint Pierre aux Liens.

Puis c’est la traversée de l’Allier à Pont du Château.

Vue, en arrière, vers les monts du Forez

L’Allier et l’église de Pont du Château

L’Allier à Pont du Château

L’Allier et le château de Pont du Château

L’église de Pont du Château

Le château, mairie, de Pont du Château

L’Allier vue du château de Pont du Château.

Sur la place devant le château.

Puis c’est l’arrivée à Lempdes, dernier des trois jours de fête de la ville, très perturbée par les orages des deux derniers jours.

J’assiste aux passage d’une course cycliste, 41 fois le tour du village, rues étroites, coussins berlinois, chicanes, j’ai peur pour les coureurs …

et à une animation médiévale.

Le Puy de Dôme, vu en descendant sur Lempdes.

Fontaine à Lempdes

Course cycliste à Lempdes

Course cycliste à Lempdes

Fête médiévale à Lempdes

Fête médiévale à Lempdes

avant d’être accueilli par Georges et Christiane.

Publié dans 51-Lempdes | Laisser un commentaire

52éme jour – Lempdes-Mérinchal – 76 km

Petite étape aujourd’hui, mais sous un grand soleil, et une température maximale de 24°, très agréable.

Départ 8h15 après un bon petit-déjeuner préparé par Georges.

Traversée de la plaine de La Limagne, de Lempdes à Cébazat par le nord-ouest de Clermont-Ferrand, sans passer par le centre-ville que je connais déjà (Voyage Blois-Menton au printemps 2015 ou 2016).

La plaine de Limagne, vue de l’ouest, en s’éloignant de Clermont, au dessus de Blanzat.

Montée assez facile et calme jusqu’à Volvic, puis c’est le franchissement de la chaîne des Puys à 883 m d’altitude en partant de 325 mètres. Une belle côte bien raide au départ sur une grande route, mais il y a une voie pour les véhicules lents. Et très vite on retrouve une petite route pour finir l’ascension.

Le Puy de Dôme, vue en approchant de Volvic.

Volvic, avec au fond, son château.

Le franchissement de la chaîne des Puys, vue vers le sud.

Le franchissement de la chaîne des Puys, vue vers le nord, au fond le Puy de Dôme.

Aux Ancizes, c’est la descente vers le plan d’eau de Fades-Besserves, et la remontée ensuite …

La vallée de la Sioule vue du belvédère des Ancizes

La retenue de Fades-Besserves, alimentée par la Sioule et le Sioulet.

L’église de Villossanges

L’église de Tralaigues.

Arrivée vers 14h30.

Depuis Lyon, de très belles étapes avec de beaux dénivelés, et ce n’est pas fini.

Publié dans 51-Lempdes, 52-Mérinchal | Laisser un commentaire

51éme jour – Boën sur Lignon – Lempdes – 90 km

Très bonne journée encore aujourd’hui, sous le soleil.

Ce soir, je suis accueilli par Georges et Christiane, Georges est le beau-père d’Erwan, le papa d’Emilie.

Je mettrai le compte-rendu de la journée en ligne, peut-être demain, à moins que je n’ai pas de réseau.

Je repars demain matin, toujours plein ouest.

Publié dans 51-Lempdes | Laisser un commentaire

50éme jour – Lyon-Boën sur Lignon – 84 km

Encore une très belle route aujourd’hui, mais journée un peu perturbée en fin de parcours par l’orage (et j’entends aux infos que le département de la Loire a été bien touchée aujourd’hui).

Départ à 6h15 après un bon petit-déjeuner (très bon café) servi à partir de 6h à l’auberge de jeunesse (rare de pouvoir avoir un petit-déjeuner servi aussi tôt). Auberge de jeunesse tenue par une équipe de jeunes très sympathiques. Pas seulement un lieu d’hébergement, mais aussi un lieu d’animation locale avec une très bonne bière servie au bar, et un concert de musique traditionnelle hier soir. Une très bonne bibliothèque avec de bons fauteuils, et même Courrier International à disposition. Une bonne adresse !

La traversée du Rhône à Lyon. On aperçoit, à gauche, la basilique Notre Dame de Fourvières.

En quittant Lyon, une grande côte à virages, dur pour l’échauffement, mais après deux virages c’est bon !

Sauf que mon GPS m’indique un raccourci en quittant la 4 voies (où je suis tout seul à 6h30 le matin). Petite rue, mais un peu plus loin c’est un raidillon, et je fais les 100 derniers mètres à pied pour ne pas casser la machine, et 100 mètres pour reprendre mon souffle, et tout ça pour retrouver la 4 voies … où je suis toujours tout seul.

Jusqu’à Vaugneray, 17 km, route pas très intéressante pour quitter Lyon, mais ensuite une très belle route pour monter à Yseron où je fais ma première pause casse-crôute.

Paysage au-delà de Vaugneray. Il y a encore des coquelicots !

Yzeron

La table d’orientation d’Yzeron, mais …

… les arbres ont poussé, on ne voit plus la vallée. Dommage ! mais pas très grave, j’ai eu de nombreux très beaux points de vue toute la journée.

A Yseron, je n’étais pas encore au point culminant de ma journée, il me restait 60 mètres de dénivelé pour arriver au col de Brosses (enfin un col qui s’affiche ! après le col de Montgenèvre et celui du Lautaret, j’étais un peu frustré !).

Point culminant de la journée. Lyon est 171 mètres d’altitude, soit 600 mètres de dénivelé.

Ferme et brume dans la vallée.

Une autre ferme et paysage artistique.

A Grézieu le Marché, alors que je photographie l’église, je suis interpellé par un artisan qui veut tout savoir sur mon voyage. Discussion très conviviale. Dans la montée, je m’étais fait doubler par un cyclo-sportif qui fait aussi des voyages à vélo en famille avec ses jeunes enfants dans une remorque derrière. Il m’avait prévenu qu’il y avait des orages (alerte orage) prévues l’après-midi.

Église de Grézieu le Marché. Elle date de 1887. L’intérieur a été rénové en 1999 et constitue « un des plus beaux spécimens de l’architecture religieuse de la région »

Église de Grézieu le Marché.

Église de Grézieu le Marché.

Église de Grézieu le Marché.

Château de Grézieu le Marché. Il est privé et je n’ai pas pu entrer dans la cour pour prendre une photo.

Je poursuis ma route, traversant le village de Viricelles avant de retrouver une route plus importante qui va me conduire jusqu’a Montrond les Bains en passant par Belle garde en Forez et Saint André le Puy.

Église de Viricelles. Noter, au premier plan, la croix de mission, daté de 1857, et si vous zoomez, vous pourrez lire « 40 jours d’indulgence, et je vous renvoie sur Wikipédia pour la définition de l’indulgence (instructif). Et, si je comprend bien, ceux qui ont financé cette croix, ont bénéficié de 40 jours de purgatoire en moins.

Le château de Bellegarde en Forez, très peu visible de la route.

Si vous connaissez un médecin qui cherche à s’installer dans une bellé région …

Église de Saint André le Puy.

Je fais ma pause casse-croûte devant le château de Montrond les Bains, et je fais aussi mes courses du jour.

Château de Montrond les Bains.

L’église de Montrond les Bains.

La mairie de Montrond les bains.

Puis je traverse la Loire, et peu après je prends une petite route qui me fait passer devant le chateau de Sourcieux (en cliquant sur le lien, vous téléchargez un fichier pdf, s’il ne s’ouvre pas, regardez dans votre répertoire de téléchargement).

La Loire !!!! à Montrond les Bains. Je ne la reverrai pas avant d’arriver à Nantes.

Taureau charolais.

Le château de Sourcieux. à Chalain-le-Comtal

Puis je passe à Magneux Haute-Rive, et c’est là que les choses se compliquent.

Le temps devient très menaçant. Je choisis de continuer, il ne me reste que 17 km et j’ai prévenu mon gîte de mon arrivée pour 14 heures.

Je passe très vite à Mornand en Forez 4 km plus loin, mais en arrivant à Montverdun, je préfère m’arrêter. Les temps de prendre une photo du prieuré, l’orage éclate.

Église de Magneux Haute-Rive.

La mairie de Montverdun où je m’abrite devant l’imminence de l’orage.

Je repars 45 minutes plus tard. Il pleut légèrement, mais avec ma cape, pas de problème pour faire les 7 derniers kilomètres.

Mais en arrivant à Boën sur Lignon, mon étape du jour, c’est le déluge … et j’ai du mal à trouver mon gîte sous la pluie.

Maintenant, je suis au sec et très bien installé, et demain il doit faire beau !

Publié dans 50-Boën sur Lignon | Un commentaire

49éme jour – Briançon-Grenoble-Lyon – 120 km

Deuxième bonne journée en montagne, mais le temps a été très humide et cela n’a pas été aussi agréable qu’hier.

Ce matin à 5h au moment de me lever, j’entendais l’eau dégouliner dans les gouttières.

Heureusement, il en faut plus pour me décourager, et à 5h45, je démarre et il ne pleut plus.

La Vachette (petit village au-dessus de Briançon où je dormais hier soir).

Je parcours rapidement la vieille ville de Briançon où je suis déjà passé au moins deux fois avec mon frère François à vélo, il y a … plus de quarante ans ! Nous avions dormi au camping de la citadelle. Et je me rappelle d’une arrivée sous la pluie !

Arrivée sur Briançon, de part et d’autre de la vallée, on voit deux forteresses.

Briançon.

Briançon.

Briançon.

Briançon.

En quittant Briançon par le pied de la ville, on est obligé de remonter un peu prendre la route du Lautaret.

Puis c’est le domaine de Serre-Chevalier, la station de ski de Briançon. Très moche sur plusieurs kilomètres, des villages successifs, très construits.

Après Le Monetier les Bains, la vallée est préservée, donc beaucoup plus belle.

Temps très couvert, mais après ma pause à 10 km avant le col, j’ai de la chance, le temps s’éclairdit.

La montée est régulière depuis Briançon et j’arrive juste avant 9h au sommet du col, sans me presser, en prenant le temps de prendre des photos. En venant de Briançon, il y 800 mètres de dénivelé régulier en 28 km, c’est un col facile.

A 10 km du col du Lautaret, pause casse-croûte sur une table de pique-nique.

à un peu moins de 10 km du Lautaret, je passe le 45 éme parallèle. (j’étais au sud, je passe au nord). Sur la photo, on voit le sud.

Jalonnement kilométrique dans la montée du col. A 9 km du sommet je suis à l’altitude 1610 mètres, et le prochain kilomètre aura un pourcentage moyen de 4,8 %. De ce côté, la montée est très régulière, de 4,8 % à 5,3 % tout le long. Le col est à 2558 mètres.

Une marmotte me salue au passage en poussant son cri caractéristique ! Elle est perchée sur le rocher au centre de la photo. Il me manquait le téléobjectif de Ronan !

A 3-4 km, à gauche, le col.

A 2 km, au centre, le col.

J’ai presque eu envie de monter au Galibier. Il ne restait que 600 mètres en 8 km. Ce sera pour cet été, dans un mois, sans bagage.et avec un vélo en carbone.

Au col du Lautaret, la maison du parc des Ecrins.

Le début de la descente vue du col.

La descente est très belle aussi, très encaissée, mais le temps se gâte, il crachine, surtout après ma deuxième pause à Le Freney d’Oisans, et c’est avec la cape que j’arrive à Bourg d’Oisans.

Villar d’Arène (sauf erreur)

La Grave, à gauche, c’est le glacier de la Meije (on ne le voit pas sur la photo, et très peu du village). La vue sur la Meije est superbe dans la descente du Galibier (de mémoire).

L’arrivée sur Le Freney d’Oisans, pays natal du père de Chantal.

Pont décoré de vélos à Le Freney d’Oisans.

Fontaine dans la descente, à Séchilienne. Bien venue, je n’avais rempli qu’un bidon d’un litre pour ne pas être trop lourd dans la montée du Lautaret, et il était vide.

Un peu plus loin cela se calme, et c’est au château de Vizille, au soleil, que je fais ma troisième pause.

Le château de Vizille, musée de la Révolution Française, accès libre.

Le parc du château de Vizille, superbe !

J’arrive à la gare de Grenoble à 14h10 pour prendre le train de 14h22, et et 15h46 je suis à Lyon, fin de l’épisode alpin.

Demain je repars à vélo entre monts du Lyonnais et monts du Forez, direction plein ouest.

Publié dans 49-Grenoble | Marqué avec | Laisser un commentaire