Archive pour la catégorie ‘14 avril – Alger la Blanche’

14 avril – Alger

Mercredi 14 mai 2008

Hier soir en sortant du cyber, il faisait nuit. En arrivant à l’hotel j’ai dîné avec du mérou grillé accompagné d’une salade composée, dans la très belle salle à manger de l’hotel du marin bis. En attendant la préparation du Mérou, j’avais quelques olives et une préparation à base de piments. Bon amuse-gueule.

Petite discussion amicale avec le gérant de l’hotel, très sympathique.

7h00 ce matin, Nassim m’appelle par téléphone pour dire qu’il m’attend en bas. Je l’invite à prendre le petit-déjeuner avec moi. Et nous partons pour Alger après avoir chargé le vélo et ses bagages dans la camionette Iveco. Lounis accompagne Nassim dans cette mission d’approvisionnement en matériel.

A partir d’Azzefoun, nous passons par une jolie route de montagne qui franchit un col avant de redescendre sur Azazga, et plus loin Tizi-Ouzou. Les jambes me démangent tellement la montée est belle. Mais de l’autre côté, une fois redescendu dans la vallée, c’est moins drôle, la circulation est très dense et nous sommes souvent à l’arrêt. Je comprends très bien Nassim qui a l’habitude de quitter Bejaia à 3 heures du matin quand il se rend à Alger. Au moins il peut rouler !

Nous traversons Tizi-Ouzou et je n’ai effectivement pas de regret de ne pas y être arrivé à vélo tant la ville est encombrée et ne semble pas avoir beaucoup d’attrait. Une curiosité : des pompes à essence, directement sur le trottoir, au milieu des passants.

Un peu plus loin, nous prenons la 2 fois 2 voies qui conduit à Alger. La route est tellement encombrée que nous convenons avec Nassim qu’il me laisse à l’aéroport plutôt qu’il affronte les embouteillages d’Alger.

Effectivement il me laisse à l’aéroport vers 11h. Pour entrer dans le bâtiment, il y a passage par un portique de sécurité et passage des bagages au scanner. Je n’ai pas de mal à trouver le bureau d’Air Algérie. Le premier avion qui pourra me ramener sur Constantine est jeudi matin à 6h30, tous les précédent,s mardi ou mercredi, et tous les suivants sont pleins, mais tout est pour le mieux, cela correspond exactement à mes projets. Je vais passer 3 nuits à Constantine. Le billet d’avion me coûte 32 euros (pour 500 km) !! Et l’écologie dans tout ça ?

En sortant de l’aéroport, je constate que je suis à 20 km d’Alger. A 5h du matin, de nuit, ce ne sera pas comme à Paris, il y a très peu d’éclairage publique, voire pas du tout, et la seule voie d’accès est l’autoroute, bande d’arrêt d’urgence autorisée aux vélos. Mais que vois-je ? Un hotel ! Je vais donc y réserver une chambre pour ma dernière nuit à Alger. 55 euros la nuit !! près du double du billet d’avion.

Direction Alger par l’autoroute. Pas de problème de sécurité. Parfois un peu plus difficile au niveau des sorties. Mais pas de problème, j’approche tranquillement d’Alger avec un bon vent de face. Belle vue puisqu’on arrive en longeant la mer !

L’autoroute se termine presque brutalement par un passage piéton où un agent arrête la circulation pour faire traverser les piétons. Imaginez la voie sur berge à Paris avec un passage piéton au milieu !

Cette voie m’amène jusqu’au centre-ville, mais je suis en contrebas et le centre-ville se trouve quelques dizaines de mètres plus haut, inaccessible. Mais voilà qu’une rampe apparaît sur la gauche. Je traverse la 2 fois 2 voies sur mon vélo, sans trop de risque, les conducteurs algériens sont supers ! et je remonte cette rampe pour aboutir tout simplement au niveau du théatre d’Alger. Je cherche un hotel me guidant à mon flair. Et par hasard, le premier hotel que je repère est l’hotel des voyageurs, simple hotel bon marché recommandé par le Petit Futé. La porte est fermée. Je sonne, pas de réponse. J’insiste, rien ! quand je m’aperçois que de l’autre côté de la rue, il y a l’hotel Riche. Il y a une chambre simple libre, lavabo dans la chambre avec eau froide et eau chaude, grand lit, et chic il n’y a pas de télé, je vais pouvoir prendre le temps de lire le journal. Méfait de la télévision ! Surtout que l’on reçoit les chaînes françaises bien sûr. 11 euros la nuit, en plein centre-ville. 55 euros une chambre sans âme à côté de l’aéroport !

dsc00799.JPG

Le col entre Azzefoun et la vallée d’Azazga et Tizi-Ouzou

dsc00800.JPG

La vallée d’Azazga et Tizi-Ouzou

dsc00798.JPG

Station essence dans le centre-ville de Tizi-Ouzou

dsc00797.JPG

Lounis et Nassim me dépose sur le parking de l’aéroport

dsc00796.JPG

Arrivée sur Alger, à vélo sur l’autoroute

dsc00795.JPG

Le théatre d’Alger

dsc00794.JPG

La place où se trouve le théatre d’Alger

dsc00793.JPG

La rampe qui m’a permis d’accéder au centre-ville

dsc00792.JPG

Autre place d’Alger, non loin du théatre